TOUT EST ACCOMPLI

  • PAROISSE DE MARTIGUES
Homélie du Père Thomas Poussier, Vendredi saint.

Homélie du Père Thomas Poussier, Vendredi saint.

Tout mène à la Croix et tout en découle. Tout ce que Jésus a dit et fait durant sa vie s’y accomplit. Reprenons la marche que nous avons vécue durant le Carême. 

 

Cendres : Jésus jeûne dans son chemin de Croix, sans le montrer ; il fait jeûne de consolations, d’appuis, d’amitiés, de soutien (ou si peu), jeûne de la présence de Dieu aussi, il le subit puis l’accepte ;  prière :  elle  continue,  malgré  l’angoisse  à  Gethsémani,  malgré  la souffrance  (Eloï,  Eloï, lama sabbaqthani ; Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?),  elle  devient  même  prière  de  pardon (pardonne leur ; aujourd’hui tu seras avec moi...) ;  partager sa souffrance n’est pas pour lui, par gloriole personnelle, elle est pour nous : « voici le corps livré pour vous » ; « voici le sang versé pour vous » ; jeûne, prière, partage, sur la Croix, « tout est accompli »

 

Au désert : les tentations, la solitude, l’angoisse ; ces tentations de s’en sortir par lui-même, pas avec un Autre ;  puis,  lorsque  les  paroles  ne  suffisent  plus,  alors la  Parole  faite  chair s’offre,  pour  nous, pour  que  toute  langue  puisse  proclamer  de  Jésus Christ qu’il est Seigneur, pour que dans nos déserts nous puissions nous tourner vers sa Croix et reconnaître qu’il est Messie et que, par lui, tout notre vie « s’accomplit ».

 

Transfiguration :  Le  Père  disait :  « mon  Fils  bien-aimé,  écoutez-le », aujourd’hui, au lieu de cela, volonté de le faire taire, de cacher sa face, sa personne,  son  identité  messianique...  mais ils  ne  savent  pas  ce  qu’ils font ;  par leur geste, sa croix est devenue notre gloire, l’arbre mort nous donne la vie ; le signe de notre salut est élevé de terre et il attire à lui tous les hommes ;  sur  la  montagne,  Pierre  voulait  rester  à  contempler  la  gloire  de  Dieu, mais sans vivre pleinement le mystère de Pâques ; comme nous pouvons être tentés de vivre le salut, la résurrection, la vie éternelle sans passer par  la  mort ;  la  passion  et  la  croix  du  Christ  nous  rappellent  cette descente que Dieu vit en nous pour nous relever et pour que « tout soit accompli »

 

Samaritaine : avec elle, il est question de l’eau, de l’eau vive, et cette eau  coule  maintenant  en  abondance  de  son  Cœur  transpercé,  et  nous rassasie ;  il  disait  que sa  nourriture  est  de  faire  la  volonté  du  Père :  il  dit maintenant Père, en tes mains je remets mon esprit ;  il  disait  « l’heure  vient,  et  c’est  maintenant,  où  les  vrais  adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité »... et cela s’accomplit : qui le voit, voit le Père ; en voyant le Fils en croix, nous connaissons l’amour de  Dieu  pour  nous,  il  n’a  pas  épargné  son  propre  fils  pour  que  nous soyons à lui ; « tout est accompli ». 

 

Aveugle né : le  miracle est clair : nos yeux s’ouvrent à sa lumière ; le bon  larron  ouvre  les  yeux  au  dernier  moment  et  reconnaît  que  lui  est juste, « qu’il n’a pas fait de mal » ;  Jésus  met  de  la  boue  sur  les  yeux  de  l’aveugle,  ses  persécuteurs  lui crachent dessus ;  il disait qu’il était le messie, il est maintenant accusé à tort et n’est plus écouté ;  il disait qu’il était venu pour que les aveugles voient et que ce qui voient deviennent  aveugles  et  c’est  bien  ce  qui  se  passe  pour  nous,  face  la Croix :  les  sages  ne  comprennent  pas,  les  pauvres  que  nous  sommes reconnaissent qu’il est Fils de Dieu ; « tout est accompli »

 

Réveil  de  Lazare :  c’est  évidemment  une  préfiguration  de  la résurrection ;  Lazare lié par les bandelettes, Jésus est lié par les liens des soldats et lié par la promesse faite à son père de sauver les hommes ;  Jésus crie à Lazare « viens dehors », dans la nuit de Pâques, la voix du Père criera « Jésus, reviens à la vie » ;  Jésus  dit  à  la  foule  auprès  de  Lazare  « déliez-le,  laissez-le  aller »,  le matin de Pâques, l’ange annoncera aux femmes « vous êtes déliées des liens de la mort ; allez en Galilée, là, vous le verrez »

 

Et  maintenant  que  le  Christ  est  mort  et  que  tout  est  accompli...  que devons-nous faire ? Comment vivre de ce  don immense que Dieu nous fait ?  Nous  avons  été  portés  par  lui,  transportés, et  nous  sommes missionnés.  Comme  dit  le  concile, l’Eglise  est  un « peuple messianique, [qui est], pour tout le genre humain, le germe le plus fort de l'unité, de l'espérance et du salut. (...) Établi par le Christ, pour réaliser une  communion  de  vie,  d'amour  et  de  vérité,  ce  peuple  lui  sert d'instrument pour la Rédemption de tous les hommes, et il est envoyé au monde  entier  comme  lumière  du  monde  et  sel  de  la  terre »  (Lumen Gentium 9).

 

Nous  sommes  lumière  du  monde  et  sel  de  la  terre  car  celui  qui  est lumière de Dieu s’est fait chair, il a demeuré parmi nous, il s’est laissé crucifié pour nous et nous contemplons sa gloire. Nous sommes sel de la terre  car  le  sang  et  l’eau  du  Christ  nous  donnent  le  goût  de  la  vie éternelle. Ce sel divin, nous pouvons le diffuser autour de nous, comme la  petite  flamme  de l’espérance ;  c’est  si  peu,  et c’est déjà tout ! 

 

Dieu peut  réaliser, par la  puissance  qu’il  met à l’œuvre en nous, infiniment plus  que  nous  ne  pouvons  demander  ou  même  concevoir ! Osons demander l’impossible à Dieu, car rien n’est impossible pour lui. 

 

Pour  l’heure,  ce  soir,  contemplons  en  nous  le  Christ  livré  pour  nous, fermons les yeux, et laissons-lui la parole une dernière fois, car il a tout accompli. 

 

«  Heureux  les  pauvres  de  cœur,  car  le  royaume  des  Cieux  est  à  eux. Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice,  car  ils  seront  rassasiés.  Heureux  les  miséricordieux,  car  ils obtiendront  miséricorde. Heureux les cœurs  purs, car ils verront  Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. »

 

Thomas Poussier

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog