MONSEIGNEUR BERNARD PANAFIEU

  • PAROISSE DE MARTIGUES
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.
Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.

Notre ancien archevêque est décédé. Prions pour lui.

Chers amis, chers frères et sœurs, 

 

Le cardinal Bernard Panafieu est décédé cette nuit après une longue fin de vie difficile. 

Je vous invite à rendre grâce pour sa vie, sa foi, son ministère au service de l’Église qui est à Marseille particulièrement. 

La messe de sépulture aura lieu à la cathédrale de La Major ce vendredi 17 novembre à 15 heures.

Confions-le à la miséricorde de Dieu. Qu’Il le comble de sa présence et de son amour.

Que Notre Dame de La Garde le conduise à son Fils bien-aimé.

 

+ Georges Pontier

Archevêque de Marseille

 

 

 

Biographie du cardinal Bernard Panafieu

 

Mgr Bernard Panafieu est né à Châtellerault (Vienne) le 26 janvier 1931.

Après des études au séminaire d'Issy-les-Moulineaux et à l'Institut d'Études sociales, il est ordonné prêtre le 22 avril 1956 en la basilique Notre-Dame de Paris pour le diocèse d'Albi. 

Vicaire à la paroisse Saint-Sauveur de Mazamet (1956-1962), aumônier de lycée à Albi (1962-1967), aumônier des étudiants de Toulouse (1967-1970), après des études à Paris à l’Institut catholique (1971), 

il sera ensuite curé doyen de Brassac (1971-1974) et secrétaire du Presbyterium d’Albi (1972).

 

Mgr Panafieu est ordonné évêque auxiliaire d’Annecy le 9 juin 1974, puis nommé archevêque d’Aix-en-Provence et Arles le 3 décembre 1978.

En août 1994, le pape Jean-Paul II le nomme archevêque-coadjuteur du cardinal Coffy à Marseille, à qui il succède comme archevêque métropolitain de Marseille en 1995.

Mgr Bernard Panafieu a été successivement, président du Comité épiscopal France-Amérique Latine, membre du Conseil permanent des évêques de France, président de la Commission épiscopale du monde scolaire et universitaire, membre de la Commission sociale de l'épiscopat français et président du Comité épiscopal pour les relations avec l’islam.

 

Au cours du consistoire du 21 octobre 2003, il a été créé cardinal par le pape Jean-Paul II. Il a été nommé membre du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux et du Conseil pontifical Justice et Paix.

Commandeur de la Légion d'honneur et de l’Ordre des Chevaliers du Saint-Sépulcre, il a été élu, en avril 1996, membre de l'Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille.

En mai 2006, le cardinal Panafieu s’était retiré à Venasque (84).

MONSEIGNEUR BERNARD PANAFIEU


Le Pape « demande au Père de toute miséricorde d’accueillir dans sa paix et dans sa lumière ce Pasteur sage qui a su manifester la bonté et l’amour de Dieu au peuple qui lui avait été confié ».

MONSEIGNEUR BERNARD PANAFIEU

Discret et cultivé, le cardinal Panafieu, qui fut archevêque de la cité phocéenne pendant plus de dix ans, était un fervent acteur du dialogue, notamment avec les autres confessions religieuses.

Le cardinal Bernard Panafieu, archevêque de Marseille, pose, le 13 novembre 2004 à Marseille, lors de la Cité de la réussite. / / JEAN-PIERRE MULLER/AFP

 

 

Le cardinal Bernard Panafieu aimait à dire qu’il avait une « passion pour Marseille ». Et dans la cité phocéenne, il a laissé le souvenir d’un homme simple, discret et attaché au dialogue. Il s’est éteint dans la nuit de dimanche 12 à lundi 13 novembre, à l’âge de 86 ans, après une très longue maladie de Parkinson.

 

C’est en 1994 qu’il était arrivé à Marseille, d’abord comme évêque co-adjuteur, puis comme archevêque un an plus tard, succédant au cardinal Robert Coffy. Pendant plus de dix ans, il n’a eu de cesse d’aller à la rencontre de tous, par de très nombreuses visites pastorales. Il avait ainsi commencé son immersion dans le diocèse en visitant les quartiers Nord, parmi les plus pauvres de France, s’approchant ainsi de la vie des cités. Il y avait découvert « une précarité terrifiante, matérielle, affective, culturelle et spirituelle », mais aussi ces « solidarités étonnantes » qui caractérisent la ville. « Marseille présente tous les signes de l’Église évangélique : elle est pauvre de moyens, fragile, n’a pas pignon sur rue », disait-il en 1999, pour ses 25 ans d’épiscopat.

 

Retiré à Notre-Dame de Vie

 

En 2006, atteint par la limite d’âge, il s’était retiré à Notre-Dame de Vie, à Vénasque (Vaucluse). C’est là qu’il est resté jusqu’à sa mort. Le père François Buet, membre de cet institut de vie consacré, l’a côtoyé pendant les dernières années de sa vie. Le cardinal Panafieu « portait l’Église de France dans sa prière et dans sa chair », témoigne ce prêtre, qui est aussi médecin. Jusqu’à ce que sa santé le lui permette, l’ancien archevêque lisait la presse et s’enquérait de la vie des diocèses.

 

Né à Châtellerault (Vienne), Bernard Panafieu avait débuté en 1956 comme prêtre à Albi (Tarn) après des études au séminaire d’Issy-les-Moulineaux et à l’Institut d’Études sociales. Nommé évêque auxiliaire d’Annecy (Haute-Savoie) en 1974, il était revenu dans le Sud quatre ans plus tard comme archevêque d’Aix-en-Provence et d’Arles (Bouches-du-Rhône).

 

Une quinzaine d’années plus tard, il arrivait à Marseille. Une transition qui n’avait rien eu d’évident après vingt ans passés dans le diocèse voisin. Mgr Panafieu s’était toutefois « donné entièrement » à sa nouvelle mission, affirme Mgr Benoît Rivière, évêque d’Autun qui fut longtemps son auxiliaire à Marseille. « C’était un homme de prière, qui recherchait la mesure et respectait absolument la conscience de chacun », évoque celui qui a continué de rendre des visites régulières à son ancien archevêque pendant toutes ces années.

 

Il avait connu personnellement les moines de Tibhirine

 

« C’était un homme d’une grande modestie, attentif à tous », se souvient Dominique Paquier-Galliard, attachée de presse de l’actuel archevêque de Marseille, Mgr Georges Pontier. C’est d’ailleurs le cardinal Panafieu qui avait souhaité, en 1998, la création d’un service de communication diocésain, à laquelle elle avait participé.

 

Comme membre du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, et en France président du Comité épiscopal des relations interreligieuse, le cardinal Panafieu était un expert, notamment des relations avec l’islam. Sur ce sujet, il avait su s’inspirer du laboratoire marseillais, qui se prête particulièrement au dialogue entre confessions, mais aussi des moines de Tibhirine, qu’il avait connu personnellement. Il avait notamment contribué, avec l’emblématique maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, à la création de l’association interreligieuse Marseille Espérance, ainsi qu’à Radio Dialogue.

 

Dans son télégramme de condoléances, le pape François a salué un « pasteur sage », « attentif aux situations de précarité et à la diversité de population de son diocèse ». Cette sagesse avait été relevée par les observateurs au moment de sa création comme cardinal par Jean-Paul II, en 2003. Deux ans plus tard, il avait participé au conclave qui devait élire Benoît XVI.

 

La messe de sépulture a lieu à la cathédrale de La Major vendredi 17 novembre à 15 heures.

 

Marie Malzac
Dans La Provence
Dans La Provence

Dans La Provence

Marceline Zephir 13/11/2017 13:46

Il avait connu mon père enfant. Il m'avait confirmé. Il soutenait la diversité de l'église dont les mouvements d'action catholique. Quand il me voyait, il criait "Ha, ma petite", nous déjeunions ensemble lorsque nous nous rencontrions à Paris ou à Lourdes. Je suis triste et je prie pour lui.

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog