>

LE CHRIST, DÉFI POUR LA PENSÉE

  • PAROISSES DE MARTIGUES ET PORT DE BOUC
LE CHRIST, DÉFI POUR LA PENSÉE

Le théologien Michel Fédou propose une synthèse remarquable de près de vingt siècles de recherches et de débats en christologie, où l’on voit que l’intelligence de la foi stimule puissamment la raison.

 

• Jésus-Christ au fil des siècles, de Michel Fédou, Cerf, 514 p., 29 €

 

On aimerait que tous ceux qui pensent encore que la foi s’oppose à l’intelligence – qu’ils soient non croyants ou croyants – fassent lecture de l’ouvrage que le théologien et jésuite Michel Fédou vient de consacrer à Jésus-Christ au fil des siècles. Ils découvriraient combien la figure du Christ et le mystère du « Verbe fait chair » a stimulé l’intelligence humaine, jusqu’à lui faire atteindre de vertigineux sommets. La tâche de penser Jésus-Christ « vrai homme » et « vrai Dieu » a suscité quantité de propositions, et autant de débats et de controverses, construisant un discours choral d’une rare richesse.

 

Entre raison et foi

 

Dense mais écrit dans un style très clair, le livre de Michel Fédou cache une redoutable difficulté. Comment rendre compte en un volume d’une histoire théologique et philosophique où l’œuvre de chaque auteur étudié remplirait une bibliothèque, tant pour ses écrits que pour les commentaires qu’ils ont suscités ? Il suffit de penser à Origène, Thomas d’Aquin ou Hegel pour imaginer l’ampleur de la tâche…

 

 
Michel Fédou, professeur au Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris, s’en acquitte en alliant l’érudition à l’art de transmettre. Il choisit, élague, identifie l’essentiel et le met en valeur. Surtout, il redonne vie à cette histoire de la pensée, en recontextualisant les auteurs étudiés, en montrant comment ils s’articulent, se répondent et se prolongent les uns les autres. Ces pages sans fioritures, où chaque paragraphe est compté, pourraient être écrasantes, mais elles sont traversées par l’enthousiasme pudique de Michel Fédou pour ces théologiens qui cherchent à allier les exigences de la raison et l’élan de la foi. Il aime leur compagnie et nous fait goûter leur style par de judicieuses citations, qui sont autant d’invitations à poursuivre ensuite la conversation.

 

Des questions qui sont encore les nôtres

 

L’ouvrage ne se contente pas de faire étape chez les auteurs les plus connus de l’histoire de la christologie. Après une remarquable première partie consacrée aux controverses doctrinales de l’Antiquité chrétienne qui se sont sédimentées dans les sept premiers conciles œcuméniques, Michel Fédou offre un riche panorama de la christologie médiévale, remettant en lumière nombre d’auteurs qui restent habituellement dans l’ombre de saint Thomas d’Aquin, tels Jean Scot Erigène, Pierre Damien, Jean de Fécamp, Odon de Cluny…

 

Plus loin, il met à profit sa sensibilité œcuménique pour éclairer les apports de la Réforme protestante à la christologie. Pour la période qui s’ouvre avec la modernité, il rend compte avec justesse et équilibre des questions posées à la foi au Christ par les philosophes déistes ou athées, puis par les recherches sur « le Jésus de l’histoire » et enfin par la pluralité culturelle et religieuse du monde contemporain. Il éclaire ainsi nombre d’interrogations qui sont encore les nôtres.

 

L’héritage de ces vingt siècles de christologie ne manquera pas d’impressionner par sa richesse. Pourtant, c’est aussi « la fragilité » de cet ensemble que Michel Fédou choisit de relever en conclusion. « L’immense richesse de la christologie au long des siècles écoulés ne peut faire oublier l’ampleur des débats dont elle a fait l’objet, ni surtout la gravité des crises qui ont marqué son histoire », souligne-t-il. Une manière d’inviter à l’humilité et au travail, alors que de nouveaux chantiers se présentent, notamment celui de confronter la christologie à la crise écologique.

LE CHRIST, DÉFI POUR LA PENSÉE
LE CHRIST, DÉFI POUR LA PENSÉE
@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog