>

MEDITATION SUR SAINT JOSEPH

  • PAROISSES DE MARTIGUES ET PORT DE BOUC
Méditation du Père Michel Isoard pour la fête de Saint Joseph.

Méditation du Père Michel Isoard pour la fête de Saint Joseph.

Solennité de Saint Joseph, époux de la Vierge Marie

 

Méditation à partir de l’Évangile de ce jour, chez Saint Matthieu.

 

« Joseph, son époux, qui était un homme juste… »
Être juste, dans la Bible, c’est avant tout ajuster ses choix, son attitude à la volonté de Dieu. Comme ici pour Joseph, cela ne va pas toujours de soi, il faut parfois avancer sans comprendre, appuyé sur la foi seule, comme le résume Saint Paul au sujet d’Abraham dans la deuxième lecture : « espérant contre toute espérance, il a cru » !

Mais cette justice est aussi envers les autres. Joseph connaît bien la Loi qui lui permettrait, pour la faute grave d’adultère à laquelle il pense à ce moment-là, de dénoncer Marie publiquement, avec la lapidation que cela entrainerait pour elle. Être juste, c’est quelquefois aller au-delà des lois, avoir le souci des lois, mais encore plus des personnes, faire preuve de justice, mais encore plus de miséricorde.

 

« L'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit… »
À travers ce songe, une des manières dans la Bible de parler de cette communication de Dieu avec nous, c’est toute la disponibilité de Joseph qui nous est manifestée. Il s’est montré respectueux de la Loi (en renvoyant Marie) et compatissant (en le faisant en secret) : il pourrait se dire que sa décision est prise, que c’est réglé ! Mais il reste ouvert à la Parole de Dieu, capable d’entendre ce qui paraît inouï : « mais rien n’est impossible à Dieu ».

 

« Ne crains pas de prendre chez toi Marie… »
En accueillant Marie chez lui comme son épouse, il est dit à Joseph qu’il ne va pas contre la Loi, mais au contraire qu’il permet que tout s’accomplisse de cette Loi (Jésus dira plus tard au sujet de la Loi : « je ne suis pas venir pour abolir, mais pour accomplir »). Bien sûr que la situation sera des fois délicate, et que cette paternité qui lui est proposée n’est pas celle qu’il avait prévue. « Ne crains pas », c’est la grande invitation de Dieu dans la Bible, jusqu’à Jésus ressuscité au matin de Pâques. C’est aussi à nous qu’elle s’adresse aujourd’hui !

 

«Tu lui donneras le nom de Jésus, c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve… »
Même si Joseph n’est pas le père naturel de Jésus, sa mission est immense. Il lui donnera son nom, c’est-à-dire qu’il annoncera à tous que Dieu sauve et il devra, pas sa prévenance, permettre à son fils adoptif de remplir toute sa mission. Il devra veiller sur Lui. Dans un contexte biblique où les généalogies et les descendances sont très importantes, Joseph inaugure d’autres formes de paternité. Ce n’est pas que sur ta descendance que tu dois veiller, et même si tu n’as pas de descendance tu dois veiller sur les autres : « qui est mon prochain ? ».

 

« Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit. »

Il y a un temps pour se mettre à l’écoute du Seigneur et un temps pour « se réveiller » (c’est le même verbe que ressusciter), se relever et vivre en ressuscité en faisant la volonté du Seigneur. Dans les gestes quotidiens (éducation de Jésus à Nazareth) comme dans les situations exceptionnelles (fuite en Égypte), Joseph ne remplira que sa tâche, mais toute sa tâche de père adoptif, sans chercher à vivre la mission de Marie ou des apôtres, mais sans rien négliger de la mission unique qui lui a été confiée, à lui.

 

Pour finir, je vous suggère de prier avec les très belles intercessions (comme une prière universelle) que nous avions ce matin à l’office des laudes :

 

Tu as appelé nos pères dans la foi à marcher fidèlement en ta présence,
— donne-nous de suivre leur exemple et d’être saints comme tu es saint.

Tu as choisi Joseph, un homme juste, pour qu’il soit le père de ton Fils,
— accorde-nous de servir nos frères qui sont le corps du Christ.

Tu as confié la terre aux hommes pour qu’ils la rendent habitable,
— fais que nos travaux servent à la venue de ton règne.

Regarde le travail de nos mains, rends-le fructueux,
— ne permets pas que tes enfants soient traités comme des esclaves.

 

Pour conclure : Dieu tout-puissant, à l’aube des temps nouveaux, tu as confié à saint Joseph la garde des mystères du salut ; accorde maintenant à ton Église, toujours soutenue par sa prière, de veiller sur leur achèvement. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur, qui vit avec toi dans l’unité du Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen

Antoinette Clauzon 22/03/2020 16:00

Joseph, protecteur des malades, veille sur nous et intercède pour nous en cette période de pandémie!!!

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog