>

UNE FOI SI VIVE

  • PAROISSES DE MARTIGUES ET PORT DE BOUC
Prière proposée par le Père Robert Aliger.

Prière proposée par le Père Robert Aliger.

" Je jouissais alors d'une foi si vive, si claire, que la pensée du Ciel faisait tout mon bonheur, je ne pouvais croire qu'il y eût des impies n'ayant pas la foi. Je croyais qu'ils parlaient contre leur pensée en niant l'existence du Ciel, du beau Ciel où Dieu Lui-Même voudrait être leur éternelle récompense. (Gn 15,1)

 

Aux jours si joyeux du temps pascal, Jésus m'a fait sentir qu'il y a véritablement des âmes qui n'ont pas la foi, qui par l'abus des grâces perdent ce précieux trésor, source des seules joies pures et véritables. Il permit que mon âme fut envahie par les plus épaisses ténèbres et que la pensée du Ciel si douce pour moi ne soit plus qu'un sujet de combat et de tourment...

 

Cette épreuve ne devait pas durer quelques jours, quelques semaines, elle devait ne s'éteindre qu'à l'heure marquée par le Bon Dieu et... cette heure n'est pas encore venue... Je voudrais pouvoir exprimer ce que je sens, mais hélas ! je crois que c'est impossible. Il faut avoir voyagé sous ce sombre tunnel pour en comprendre l'obscurité. Je vais cependant essayer de l'expliquer par une comparaison.

 

Je suppose que je suis née dans un pays environné d'un épais brouillard, jamais je n'ai contemplé le riant aspect de la nature, inondée, transfigurée par le brillant soleil ; dès mon enfance il est vrai, j'entends parler de ces merveilles, je sais que le pays où je suis n'est pas ma patrie, qu'il en est un autre vers lequel je dois sans cesse aspirer. (He 11,13-16)

 

Ce n'est pas une histoire inventée par un habitant du triste pays où je suis, c'est une réalité certaine car le Roi de la patrie au brillant soleil est venu vivre trente-trois ans dans le pays des ténèbres ; (Jn 1,5 1,9-10) hélas ! les ténèbres n'ont point compris que ce Divin Roi était la lumière du monde..."

 

Sainte Thérèse de Lisieux

 

Texte complet (cliquer)

 

 

Marguerite MAURETTE 22/03/2020 17:26

Merci Robert. tu me fais découvrir cette femme et je trouve dans ce passage de sa vie, la consolation et la désolation ( Ignace de Loyola).
Quel amour de Jésus ! C'est édifiant !
Bonne journée à toi.
MAGUI

Geneviève 22/03/2020 13:16

En communion merci

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog