>

PRIER AVEC LA PAROLE DE DIEU ET AVEC NOTRE VIE : QUATRIÈME JOUR

  • PAROISSES DE MARTIGUES ET PORT DE BOUC
PRIER AVEC LA PAROLE DE DIEU ET AVEC NOTRE VIE : QUATRIÈME JOUR

Écoutez Pierre Laurent qui commente ce parcours ...

Cliquer sur la flèche ci-dessous pour démarrer et recliquer pour l'arrêter :


 

 
Message de Pierre LAURENT

4ème temps de prière : bon esprit ou mauvais esprit ?

 

 

Les trois précédents temps de prière, vous ont permis une sensibilisation à la présence de Dieu dans votre vie durant ce temps de carême. Non pas comme un juge d’application des peines mais comme un ami, un familier qui vous parle et vous accompagne dans votre quotidien. Aujourd’hui, je vous invite à franchir un autre pas.

 

Saint Paul dans sa lettre   aux Romains nous dit : « Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas. »(Rm 7,19). C’est   un constat que nous pouvons tous faire, Nous sommes tous habités par des « bons et des mauvais esprits » qui ne sont pas des sentiments mais plutôt des mouvements intérieurs qui sont reconnaissables à leurs effets. Le bon esprit m’apporte paix, joie, enthousiasme dynamisme. Il fait que la vie a du goût, je suis  dans la consolation. Le mauvais esprit lui   engendre l’agitation, la lassitude, l’ennui, la jalousie et même la tristesse, c’est la désolation. Les causes de ces passages de consolation à désolation sont certainement multiples. La consolation n’a pas forcément de cause, Dieu donne gratuitement. La désolation peut, bien sûr, venir de moi, une certaine négligence de ma part, je ne fais pas ce que j’ai à faire pour ordonner, unifier ma vie, mais aussi parfois du Seigneur qui m’enseigne l’humilité et m’entraîne au combat spirituel mais cette désolation-là ne sera jamais au-delà de mes forces. 

 

Avec ces quelques éléments sur ces motions qui s’alternent en vous, je vous invite à reprendre votre relecture de carême en vous appuyant sur le texte de Saint Marc ci-dessous que l’on nomme « la profession de foi de Césarée ».

 

Marc 8, 27-33 : Confession de foi de Pierre et première  annonce de la Passion et de la Résurrection.

 

27 Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » 28 Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »

29 Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. »

30 Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne. 31 Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.

32 Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. 33 Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

 

Contexte : Ce passage se situe exactement au milieu de l’évangile de Marc. Pour la deuxième fois dans cet évangile, Jésus vient de nourrir les foules. Au fil de ses rencontres, Il guérit des malades. Il vient de prendre, avec ses disciples, le chemin qui mène au nord de la Galilée vers Césarée de Philippe.

 

Composition de lieu : Un chemin du nord de la Galilée au milieu d’un paysage verdoyant et vallonné avec de nombreux villages. 

 

 

Grâce à demander :

« Seigneur, toi qui pour moi, t’es fait homme, donne-moi la grâce
de te connaître intérieurement, afin de mieux t’aimer et te suivre ».

 

Voir :

 

Chemin faisant : je vois ici Jésus qui fait route avec ses disciples ; qui sont ces disciples ? Combien sont-ils? Ils marchent ensemble.

« Au dire des gens, qui suis-je ? […] et vous que dites-vous ? » : Voir les visages des différents interlocuteurs lors de ces échanges et ce que disent ces visages de ce qu’ils vivent.

Jésus est à la tête du groupe. Pierre vient à la hauteur de Jésus pour lui parler seul à seul mais Jésus se retourne vers tous les disciples et interpelle Pierre à haute voix.

 

Tirer profit de cette contemplation, des attitudes, des visages, des mouvements. Cela me ramène-t-il à des situations de mon quotidien ?

 

Entendre :

 

Je prends le temps d’écouter les paroles qui sont échangées, ce qu’elles disent de Jésus, de sa mission, de la compréhension des disciples :

La réponse de Pierre : « Tu es le Christ », c’est le cri de sa foi ! 

Après avoir ordonné la discrétion, Jésus annonce sa Passion et sa Résurrection « Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup... qu’il soit rejeté… tué… et qu’il ressuscite ».  

« Passe derrière moi, Satan ! » Comment résonne cette phrase de Jésus chez Pierre et chez les disciples ? Et pour moi ?

 

Intérioriser ces paroles échangées entre Jésus et ses disciples. Ces paroles viennent-elles me rejoindre dans mon quotidien ?

 

Considérer ce qui s’est passé sur ce chemin de Galilée :

 

Une discussion banale tout en marchant a amené, de la part de Pierre, une profession de foi inspirée « tu es le Christ ». Tout est dit ! Mais encore faut-il savoir ce que signifie ce mot. L’enseignement de Jésus fait un peu l’effet d’une douche froide et bien plus encore son interpellation publique de Pierre.

 

Comment résonnent en moi ces changements de situation ?

En considérant la détermination, la force qui émanent de Jésus, à quelles dispositions m’invitent-t-ils ? A quelle conversion ?            

PRIER AVEC LA PAROLE DE DIEU ET AVEC NOTRE VIE : QUATRIÈME JOUR

Une semaine pour relire son Carême :

rappel de la méthodologie

 

La relecture se fait jour après jour sous la forme d’un temps de prière en prenant, dans l’ordre, les étapes proposées. Un texte de la parole de Dieu, accompagné de quelques commentaires, est proposé pour accompagner ce temps de relecture.

 

Il s’agit de laisser remonter et  décanter ce que j’ai vécu et reçu comme expérience spirituelle et, à travers cela, de mieux me préparer pour accompagner la montée de Jésus vers Jérusalem, sa passion, sa mort et sa résurrection. 

 

La prière se déroule en trois temps :

 

La préparation : je fixe le moment, le lieu (je dois être bien installé et à l’abri des distractions), une durée (pas plus d’une ½ heure) – je lis le texte proposé et les commentaires.

 

Le temps de prière : Je m’installe et me mets en présence du Seigneur, sous son regard d’amour. Et je m’offre à cette présence : « Me voici ! ».

Je laisse remonter à ma mémoire ce qui me revient spontanément de ce que j’ai vécu pendant ce carême (suivant le jour).  Je relie le texte biblique proposé et je le mets en perspective avec ce qui m'est revenu précédemment.

 Je médite tout ce qui est dans mon cœur, Je l’accueille comme un don. Je rends grâce de ce qui m’est ainsi donné.

Je conclue ma prière en disant au Seigneur, en ami, ce qui m’habite : joie, désir, peur, surprise. Puis je dis un Notre Père et un je vous salue Marie.

           

Je termine : je quitte mon lieu de prière et je note très brièvement ce qui m’est revenu dans ma relecture de carême.

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog