>

DIMANCHE 4 OCTOBRE : MESSES À MARTIGUES ET PORT DE BOUC

  • PAROISSES DE MARTIGUES ET PORT DE BOUC
DIMANCHE 4 OCTOBRE : MESSES À MARTIGUES ET PORT DE BOUC

MESSE DE LA SAINT FRANCOIS  


   
Samedi 3 octobre :   Saint Genest : Messe à 18h30
                       
 
Dimanche 4 octobre :  La Madeleine : Messe à 10h
                                                  Notre Dame de bon voyage : Messe à 10h30
                                                 Notre Dame de Miséricorde : Messe à 19h 

 

PREMIÈRE LECTURE

"Par la croix, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde."

 

Lecture de Saint Paul apôtre aux Galates (6, 14-18)

 

Frères,

pour moi, que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté.

Par elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde.

Ce qui compte, ce n’est pas d’être circoncis ou incirconcis, c’est d’être une création nouvelle.

Pour tous ceux qui marchent selon cette règle de vie et pour l’Israël de Dieu, paix et miséricorde.

Dès lors, que personne ne vienne me tourmenter, car je porte dans mon corps les marques des souffrances de Jésus.

Frères, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit. Amen.

 

 – Parole du Seigneur.

 

PSAUME

(Ps 15)

R/ Seigneur, mon partage et ma coupe !

 

Garde-moi, mon Dieu :

j'ai fait de toi mon refuge.

J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !

Je n'ai pas d'autre bonheur que toi. »

 

Je bénis le Seigneur qui me conseille :

même la nuit mon cœur m'avertit.

Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;

il est à ma droite : je suis inébranlable.

 

Seigneur, mon partage et ma coupe !

Tu m'apprends le chemin de la vie :

devant ta face, débordement de joie !

A ta droite, éternité de délices !

 

DEUXIÈME LECTURE

 

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (Rm 8, 18-30)

 

Frères,
    J’estime, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous.

 

En effet, la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir.

 

Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu.

 

Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore.

 

Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps.

 

Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ; voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer : ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ?

 

Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance.

 

Bien plus, l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut. L’Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables.

 

Et Dieu, qui scrute les cœurs, connaît les intentions de l’Esprit puisque c’est selon Dieu que l’Esprit intercède pour les fidèles.

 

Nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu'ils sont appelés selon le dessein de son amour.

 

Ceux que, d’avance, il connaissait, il les a aussi destinés d’avance à être configurés à l’image de son Fils, pour que ce Fils soit le premier-né d’une multitude de frères.

 

Ceux qu’il avait destinés d’avance, il les a aussi appelés ; ceux qu’il a appelés, il en a fait des justes ; et ceux qu’il a rendus justes, il leur a donné sa gloire.

 

    – Parole du Seigneur.

 

ÉVANGILE

« Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits »

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 11, 25-30)

 

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.

 

Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.

 

Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler.

 

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.

 

Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme.

 

Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

 

    – Acclamons la Parole de Dieu.

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog