>

LE FILM "AMOUR" : UNE SOIREE-DEBAT A AIX AUJOURD'HUI

  • PAROISSE DE MARTIGUES
Un très beau film, sur un sujet sensible qui donne à réfléchir…

Amour

Film de Michaël Haneke
     
 
   

Ce film est un chef d’œuvre, qui retient l’attention pour plusieurs raisons : son thème principal d’abord, bien exprimé par son titre : l’amour dans un couple, entre deux personnes âgées, dont l’une est progressivement touchée par la maladie et la perte de ses moyens.

 

La qualité artistique de sa réalisation ensuite, la maîtrise éblouissante du réalisateur, la perfection du jeu des deux acteurs principaux, tous deux bouleversants, le contexte musical, la note de poésie et de mystère souvent présente.

 

Et puis ce film soulève des questions majeures de notre société, le vieillissement, la dépendance, la fin de vie.

 

C’est pourquoi Chrétiens-cinéma vous invite à une soirée-débat, en vous laissant le temps pour aller voir le film :

 

Lundi 19 novembre à 20h30

Salle diocèsaine Chêne de Mambré

7, cours de laTrinité

Aix en Provence

 

 


   

L'amour à mort

 

par Bruno Frappat

 

"De la tenue, est-ce possible jusqu’au bout ? Est-ce tenable quand la vie se délite, quand le cerveau se détraque et que les membres ne répondent plus ? C’est toute la question du film magnifique de Michael Haneke, sobrement intitulé Amour. Ce film a obtenu la Palme d’or au dernier Festival de Cannes, en mai dernier, deux semaines après la présidentielle. On peut enfin le voir. Jean-Claude Raspiengeas et Arnaud Schwartz ont dit tout le bien que l’on peut ressentir à la vision de cette œuvre qui vous laisse estomaqué et ne vous lâche plus (1).

 

D’abord, il y a l’appréhension. Vous avez été prévenus que ce film était beau mais dur. Qu’il faudrait se tenir les coudes. Que la fin de vie n’est pas plaisante à observer, même à l’écran, même quand ce sont des acteurs qui jouent. Que Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva, dans leur duo terminal, accèdent à un tragique à faire trembler les plus rétifs à l’émotion. De fait, ce film est une épreuve. Dur à vivre, dur à voir, impossible à oublier.

 

Ce n’est pas un film à thèse sur l’euthanasie. Il n’est pas à faire figurer dans l’argumentaire de ces fameux « débats de société » qui troublent notre vie nationale et divisent autour du mystère de la mort. C’est bien, comme son nom l’indique, un film d’amour. Une lente et longue déclaration d’amour entre un homme vieillissant et son épouse, plus vite vieillie que lui. Plus tôt délabrée. La montée du mutisme, l’avancée des dégradations mentales et physiologiques, avec leurs accablantes nécessités pratiques, sont décrites avec un tact admirable. Sans rien celer du réel.

 

Si nous sommes émus, voire bouleversés, par cette progression de la mort qui vient et par la force du lien entre un homme et une femme qui vivent leur dernière rencontre, c’est sans doute que nous projetons tous ce qui, forcément, finira par nous advenir. Et que, tous, nous nous demandons comment nous finirons notre trajectoire terrestre. Par cette déréliction ? Par ce travail de sape de nos capacités ? Par ces humiliations ?

 

Mais c’est aussi, pour peu qu’on ait vécu, parce que nous avons tous le souvenir de ces situations, de ces phases où l’homme se cache pour mourir dans le huis clos d’une chambre inaccessible de l’extérieur. Dans le décor familier de ces ateliers minuscules de la dernière souffrance, avec table de nuit débordant de médicaments, couches qu’il est même devenu inutile de cacher, vaines tentatives pour faire boire un malade exténué et consacrant son reste de force à serrer les lèvres. Nous avons tous vécu cela et ceux qui, mentalement, nous accompagnent lorsque nous voyons ce film, sont nos proches, nos parents, nos frères, tous ceux que nous avons accompagnés dans cette interminable ligne droite. Ce passé resurgi, ce futur possible, deux mots en effet les résument : l’amour à mort."

 

 

Bruno Frappat

 

(1) La Croix du 20 mai et du 24 octobre.

 

 

La Croix

 

 

Voir également le point de vue du Père Jacques Lefur :

 

 

AMOUR : LE FILM DU MOIS (cliquer)

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog