>

FESTIVAL "CINEMA ET SPIRITUALITE"

  • PAROISSE DE MARTIGUES

 

 LA NOUVELLE VAGUE

 

 

L’équipe « Chrétiens-Cinéma » d’Aix propose au Centre Diocésain, salle Chêne de Mambré, 7 cours de la Trinité, cette année encore un petit Festival.

 

L’année 2010 a été marquée par la disparition de deux grands noms de la Nouvelle Vague, Eric Rohmer et Claude Chabrol.

 

C’est pourquoi nous avons choisi de rendre hommage à trois grands noms de la Nouvelle Vague, maintenant que leur œuvre est terminée, en choisissant trois films qui s’interrogent sur le destin de l’homme et le sens qu’il peut donner à sa vie.

 

 

Chaque soirée comporte trois moments : la projection du film, une pause pizza et une soirée-débat, de 18h 30 à 21h 30 environ.

 

L'entrée est libre, mais nous vous solliciterons pour une participation aux frais (location de la salle et collation).

 

 

jules_et_jim.jpg

 

Jeudi 10 mars 18h30 : Jules et Jim, de François Truffaut (1962)

 

 

 « Truffaut réalise un film léger, pur, aérien, qui procure un plaisir constant… Cet hymne à l’amour devient un hymne à la vie. Faut-il ajouter que Jeanne Moreau est l’interprète idéale de Catherine et qu’elle rayonne de spontanéité, de tendresse, de générosité ? Une œuvre parfaite, que l’on ne se lasse pas de revoir » (Claude Bouniq-Mercier)

 

Le-Rayon-vert.jpg

 

Lundi 14 mars 18h30 : Le rayon vert », d’Eric Rohmer (1986)

 

 Comment sortir de la solitude, comment rencontrer un véritable amour ? Dans ce film, tout de légèreté et de liberté, Lion d’Or au Festival de Venise, la jeune Delphine parcourt durant ses vacances « une sorte d’itinéraire spirituel. Le Rayon vert est la version ludique de Ma nuit chez Maud ». Car Eric Rohmer fait de son personnage, comme souvent dans ses films, « une romantique qui croit au grand amour ».

 

MERCI-POUR-LE-CHOCOLAT.jpg

 

Vendredi 18 mars 18h30 : Merci pour le chocolat,

de Claude Chabrol (2000)

 

 Claude Chabrol aime explorer les profondeurs et les turpitudes de l’être humain. Mais il sait faire patte de velours, dans une mise en scène très précise, pour révéler, « derrière le calme des apparences, des abîmes d’ambiguïtés et de frustration », avec le charme d’Isabelle Huppert dans un de ses films les plus aboutis. 

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog