>

FESTIVAL DE MARTIGUES : LES CONCERTS A LA MADELEINE

  • PAROISSE DE MARTIGUES

festival-Martigues-bandeau.jpg

 concerts-festival.jpg

 

Eglise de la Madeleine 16h45

         Mercredi 23 juillet Trio El Verano
           Jeudi 24 juillet  Italie (Sicile)
 Vendredi 25 juillet Mongolie
Lundi 28 juillet Chili

 

 

Mercredi 23 juillet : Trio Verano (Amérique du Sud)

 

Trois musiciens aux influences multiples se rencontrent pour imaginer et jouer une musique ne leur appartenant pas.

Leur répertoire à caractère traditionnel vénézuélien et argentin emprunte aussi des compositions actuelles.

Cette formation peu commune tant du point de vue des sonorités que de l'écriture musicale nous transporte dans un monde aux origines culturelles variées.

 

Jeudi 24 juillet : Citta dei Templi (Italie – Sicile)

 

Région autonome d'Italie, la Sicile, ancienne « Trinacrie », a toujours profité d'une situation stratégique en Méditerranée, ce qui explique la richesse culturelle de l'Ile, héritage de son histoire aux multiples influences.
« La plus belle des cités mortelles », c'est en ces termes que Pindare présente dans ses « Olympiques » l'Agrigento du Ve siècle av. JC

 

C'est le folklore du XIXe jusqu'au début du XXe siècle que va nous présenter l'Ensemble Città dei Templi. Tous les éléments sont réunis pour un folklore dynamique et joyeux : les costumes savamment élaborés, les chants, les fameuses sérénades tel le « cuiri cuiri » ou le « trallalla », des musiques tantôt mélodieuses, tantôt pouvant atteindre les rythmes les plus effrénés avec le tammuru ou le doux gazouillis du friscalettu (flûte en canne traditionnelle) qui entraîne le public dans un jeu amusant éveillant son sens du rythme.


Cette formation peu commune tant du point de vue des sonorités que de l'écriture musicale nous transporte dans un monde aux origines culturelles variées.

 

Vendredi 25 juillet : Ensemble académique national de chants et danses de Mongolie

 

Le peuple du grand Gengis Khan, représenté à Martigues par son plus grand ballet, a su rester proche de ses valeurs ancestrales et, malgré l'immensité du territoire, une géographie difficile et exigeante, un climat peu docile, une bonne part de la population reste nomade et fidèle à ses coutumes.

 

Les Mongols sont un peuple très musical et cette culture est profondément intégrée dans leur vie de tous les jours. La musique mongole utilise des gammes pentatoniques et des sons évoquant divers bruits de la nature. C'est une musique de bardes, liée à la steppe et au cheval. La musique vocale est essentielle et très variée, mais on retiendra le chant diphonique, khöömei, chant de gorge formant une mélodie comportant jusqu'à trois voix !

 

Leur spectacle mêle chants traditionnels inspirés de la vie nomade, au son de la cithare – yatag – de la flûte et du morin khuur, vièle à tête de cheval à la sonorité proche du violon. Les chanteurs suivent des mélopées qui évoquent une vie au plus près de la nature, l'attachement des hommes à la terre ou d'anciens exploits guerriers. C'est leur première tournée en France, une chance pour nous de tirer les enseignements d'une des rares civilisations encore en harmonie avec la nature...

 

 Lundi 28 juillet : Ballet Folklórico de la Universidad de Guanajuato (Méxique)

 

Le Mexique, reçu maintes fois à Martigues, est un pays qui est dans le cœur de tous les spectateurs, parce que ses rythmes, ses chansons, ses danses, symbolisent tout simplement ce que l’on attend d’un spectacle populaire. C’est-à-dire de la passion, du talent, des costumes qui sont autant de régals pour les yeux. C’est un pays de très vieille civilisation qui a été traversé du nord au sud par une multitude de peuples ou de tribus, dont chacun a laissé des traces indélébiles de sa culture. Si bien que le pays est devenu une mosaïque de peuples mais aussi de danses, de musiques et de monuments. Lorsque l’on sait que les premiers occupants étaient déjà sur cette terre au début de l'ère chrétienne et que se superposèrent à ces acquis les influences, au XVe siècle, des Espagnols venus mêler leur propre culture à celles qui existaient déjà, on comprend alors mieux qu’une telle diversité d’origines, un tel mélange de rythmes et de talents, aient donné un pays qui chante et qui danse tout le temps.

 

Le Ballet folklorique de l’Université de Guanajuato, qui fut créé en 1985, est composé  de musiciens aux talents exceptionnels.

 

 

Prix d'entrée : 10€

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog