>

JOURNEE DU PATRIMOINE A MARTIGUES - HONORE, ANTOINE ET MICHEL : LE TABLEAU DE MICHEL SERRE A LA MADELEINE

  • PAROISSE DE MARTIGUES

Tableau Michel Serres La Madeleine 

 

 Tableau-La-Madeleine-Reflets 2

 

Ils sont là, tous les trois à poser devant l’éternité. Saint Michel flottant sur un nuage, muni de sa balance et de son épée. À sa droite, un évêque, Saint Honoré, le patron des boulangers et pâtissiers. Il y a aussi Saint Antoine le grand, ermite en robe de bure et capuchon, lui aussi en lévitation, perdu parmi une nuée d’angelots grassouillets.

 

Et puis, en bas à gauche, il y a un boulanger enfournant son pain, le visage éclairé par le feu. Un détail certes, mais non négligeable, puisqu’il explique la provenance de ce tableau.

 

La majeure partie des œuvres du XVIIe siècle émanait de commanditaires, de familles nobles, du clergé ou d’une congrégation. Ici, c’est la confrérie des boulangers de Martigues qui, en 1694, sous le règne de Louis XIV, passa commande au peintre espagnol Michel Serre (connu aussi pour ses représentations de  la peste à Marseille de 1720, du musée des Beaux-arts de Marseille).

 

« Un intérêt majeur »

 

« Saint Honoré, Saint Antoine et Saint Michel » est l’une des pièces-phares de notre patrimoine religieux. La qualité du tableau est due à la richesse de la confrérie car, Martigues connaissait à cette époque, une forte prospérité économique. L’art baroque y fut plus que florissant pour cette raison. Et nombreux sont les œuvres et les édifices, comme l’église de l’Annonciade, qui en témoignent.

 

En 1998, le tableau de Michel Serre fut classé monument historique au titre d’objet par le Conservatoire régional de la Drac (Direction régionale desaffa ires culturelles) : « C’est une œuvre classée puisqu’elle est d’un intérêt majeur au plan national, explique Yves Cranga, conservateur. Elle se distingue d’un point de vue patrimonial, historique, mémoriel. Cette œuvre est très représentative du courant artistique baroque dont Michel Serre est l’une des grandes signatures en Provence. C’est un peintre d’histoire de grand talent dans le champ religieux. »

 

En juin 96, la Ville, propriétaire du tableau et responsable de la surveillance de son patrimoine, a fait restaurer la toile, attaquée par les insectes et couverte de moisissures. Il y avait même des morsures de rat. Après une longue et minutieuse étude (analyse chimique, infrarouges, image scientifique…) par un spécialiste, sous la surveillance de la Drac, la rénovation fut opérée.

 

Depuis, Saint Honoré, Saint Antoine et Saint Michel ont repris leur place sous l’œil bienveillant du Père Delabre, assez fier de son église : « Beaucoup de gens rentrent dans cette église. Tous sont surpris par sa beauté, sa clarté, ses couleurs et sa richesse. C’est le plus beau tableau de notre collection. » (Reflets)

 

Eglise de La Madeleine (Ile) 

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog