>

MARIAGE POUR TOUS : MGR DUFOUR SUR FRANCE 3

  • PAROISSE DE MARTIGUES

Mgr-Dufour-FR3-Mariage.jpg

  Cliquer sur l'image

(entre 3' et 6')

Cécile Maurette 06/12/2012 14:40

Oh mais moi je crois tout simplement à tous les témoignages, puisque lorsqu'une manifestation est grande, on ne voit pas tout. Par contre, les enfants, victimes, il ne faut pas exagérer. Si c'est
là l'argument contre le mariage pour tous, alors il faudrait d'abord lutter contre l'adoption permise aux célibataires, parce que dans ce cas-là c'est encore pire, l'enfant n'a carrément qu'un seul
parent ! La cohérence est nécessaire, et tant que ces anti-mariage ne lutteront pas ouvertement contre ça, et bien je considérerai que leurs arguments ne sont que des prétextes mal-placés.
De plus, je voudrais pour une fois que quelqu'un m'explique sérieusement en quoi ça le dérange que je veuille un jour pouvoir me marier avec ma compagne.
Depuis petite, j'ai le désir d'adopter un enfant, non pas pour en avoir un mais bien pour offrir une famille à un enfant qui n'en a pas, et ceci parce que des amis de mes parents ont adoptés deux
enfants africains en plus des deux leurs, et que mon grand frère a été accueilli dans notre famille alors qu'il avait une dizaine d'année.
Malgré cela, je suis, jusqu'à preuve du contraire, capable de le faire, un enfant, je ne suis pas stérile. Enfin, je pense.
Si je fais un enfant, un jour, avec l'aide d'un ami
(c'est la méthode que j'apprécierai, un ami qui lui n'a pas la vocation de devenir parent, car je ne voudrais pas le priver de cela si il en avait le désir),
dans un projet d'éducation, de vie, construit avec ma compagne, celle que j'aurai choisi pour la vie (mariage ou non),
et que cet enfant grandisse avec nous deux, ses deux parents, tout en sachant très bien d'où il vient,
(les couple homosexuels ayant des enfants ne leur font pas croire qu'il était biologiquement le leur, contrairement à la plupart des couples hétéros qui ont recours à l'insémination artificiel avec
donneur anonyme, et là, qui est-ce qui ment aux enfants ? )
cet enfant sera-t'il perturbé ? Non, disent les études, les exemples, ni plus ni moins que les autres.
Et si par malheur, il m'arrive quelque chose et que je meure, cet enfant, sera-t'il confié à son autre mère, non reconnue par la justice ? Difficilement. Et là, sera-t'il perturbé ? Oui perdre deux
parents d'un coup, surtout alors que l'un d'entre eux est encore vivant, c'est dur, vous ne pensez pas ?
Les gens n'attendent pas l'autorisation de l'Eglise ni de l'Etat pour faire des enfants, j'en veux pour preuve la plupart des enfants, nés hors mariage.
Alors ne confondons pas je vous prie, si les enfants qui grandissent dans un couple homosexuel subissent la discrimination, c'est de la faute des parents des autres enfants, qui leur apprennent
cette discrimination, au lieu du respect des différences. Aucun enfant ne nait homophobe, ou raciste, ou sexiste. Il le devient lorsqu'on lui apprend à l'etre.
Si le lien biologique crée des géniteurs, ce sont le projet, l'éducation de l'enfant, et la présence à ses cotés qui créent des parents.

Enfin, c'est là mon avis. Je demande pardon pour les phrases bien longues et peut-etre un peu difficiles à suivre, ainsi que pour les accents circonflexes manquant que mon clavier étranger ne me
permet pas de faire facilement.

Je prie pour vous aussi, mais je pense prier tout particulièrement pour les homophobes du mouvement civitas et associés, ils en ont fort besoin.
Cécile

Cécile Maurette 21/11/2012 01:17

Voici un témoignage que j'ai lu il y a deux minutes à propos de la manifestation de samedi à Marseille. Si j'avais pu, j'aurais été avec cette jeune fille. Et là j'ai mal.

Merci Isabelle pour ce témoignage de samedi dernier :

"Marseille...le 17 novembre....devant l'église des réformés.Il est 14h....nous sommes une poignée de militants homosexuels à se retrouver pour dire et crier nos droits. Le droit de se marier et
d'avoir des enfants...devant nous la manifestation contre le mariage homosexuel et l'adoption....des familles avec des enfants parfois jeunes....et puis....et puis....le service d'ordre....un
service d'ordre constitué de très jeunes gens habillés en noir avec des brassards oranges....ils sont nombreux, nous sommes si peu....peu mais déterminés....moi je le suis....je suis fière d'être
là....nous avons décidé ensemble de ne pas nous séparer mais de les suivre....tout le long nous avons eu droit aux insultes, à la haine, aux crachats....j'ai vu ce service d'ordre et ces jeunes
gens nous regarder avec tant de haine et de mépris....J'ai vu en tête de manifestation une chaine d'élus UMP arborant grossièrement l'écharpe tricolore...se moquant de ces trois mots écrits au
fronton de nos mairies..."Liberté, Egalité,Fraternité.... les mots font si mal parfois, ils sont si violents....:" tu n'es pas digne de ce pays" "ta place est dans une chambre à gaz"....au sol ils
m'ont jeté des papiers sur ces papiers....:"la France aux Français"...nous nous sommes fait traiter de pédophiles et de pervers..."vous êtes pires que des animaux...." nous avons continué jusqu'au
bout à coup de bombe lacrymogène devant des CRS inertes....devant des croix gammées et des menaces de mort....nous étions si peu....la haine dans les regards de gosse de 10ans...nous sommes allés
jusqu'au bout....devant la préfecture....ils étaient là hurlant leur colère et vomissant leur haine, ces familles bien pensantes et ces jeunes fachos.....ils ont commencé à chanter la
Marseillaise....certain le bras tendu....ils nous ont regardé dans les yeux et nous ont fait le geste du doigt sous la gorge....ils nous ont dit..:" on va casser du pédés....et enculer vos
mères"....devant la préfécture de Marseille j'ai eu envie de vomir....nous sommes partis....je suis restée jusqu'au bout....je suis fière et digne....en partant une gosse d'a peine 12 ans m'a
regardé, elle était avec ses parents, elle m'a dit...:"tu es la honte de ce pays"....
Nous sommes venus défendre nos droits, ils nous ont piétiné....j'aime la France, pas celle ci....
voici mon témoignage.... "

PAROISSE DE MARTIGUES 06/12/2012 10:01



De fait, la réaction de cette personne, son témoignage ne correspond pas du tout à ce que nous avons vécu à Marseille samedi dernier. Si c'était vrai, cela me ferait mal aussi, j'en serais
profondément attristé.


Mais voici ce dont j'ai été témoin :


J'ai vu 15 000 manifestants pacifiques, joyeux même, ayant peu l'habitude de manifester d'ailleurs, avec une ambiance détendue. Ces manifestants étaient une foule fort bigarrée, jeunes, vieux,
enfants, familles, chrétiens ou pas, sans aucune affiche ou pancarte confessionnelle d'ailleurs, ni slogans injurieux.


Il suffit de regarder les photographies et les reportages nombreux sur le sujet pour en avoir la preuve. Ce n'est pas affaire d'appréciation affective; ce sont des faits, vérifiables.


Face à cela, j'ai vu une centaine de personnes contre-manifestant ( tout au plus ). Là encore, c'est numériquement quantifiable et vérifiable d'après les photographies qui auront pu être prises.
Ces personnes étaient clairement dans une attitude de provocation, criant, essayant de faire sortir de leurs gonds les manifestants; qui ne répondaient que par sourires et applaudissements. Le
contraste était assez saisissant.


Il avait bien été précisé au début de la manifestation qu'elle serait pluraliste, apolitique, et absolument pacifiste. Je crois pouvoir affirmer qu'elle l'a été, et de multiples témoignages de
personnes étant placées à plusieurs points de la manifestation me l'ont confirmé.


Cela étant, quatre remarques :


- Il est évident que l'on ne peut pas tout contrôler dans un rassemblement de telle ampleur, ouvert à tous, et auquel peut s'adjoindre toute personne, sans qu'aucune autre puisse l'en empêcher.
Cela s'appelle l'état de droit, et est inhérent au droit de manifester sur la voie publique (qui comme son nom l'indique, est empruntable par tous.) Partant, j'ai moi-même repéré, sur les
trottoirs, en marge des manifestants, un groupuscule de personnes habillées de noirs, cheveux rasés, (mais pas dans l'équipe du service d'ordre avec les brassards oranges, je le précise) collant
des autocollants, et proposant des tracts parallèles, qui n'étaient pas du tout dans la tonalité de la manifestation. Que des attitudes contraires à ce que la manifestation souhaitait aient pu
émaner de ces personnes, on peut éventuellement le supputer ( bien que je n'en n'ai aucune preuve formelle ). Le cas échéant, on ne pourrait que le déplorer, évidemment.


- Je tiens à rappeler que cette manifestation du samedi 17 novembre était aussi contre l'homophobie. On peut difficilement se réfugier derrière l'argument de la discrimination, et de l'homophobie
pour victimiser les contre-manifestants, et accabler les manifestants.


- j'ai eu vent, en début de cortège, et au début de la manifestation, d'une dame manifestant, dont le nom m'a été donné, ayant été molestée par les contre-manifestants, et frappée de telle sorte
qu'il a fallu l'intervention des secours. Je n'en sais pas plus. Je remarque néanmoins que la violence n'était pas du coté où l'on croit si la chose était avérée.


- je précise encore qu'il ne faut pas mélanger la manifestation du 17 novembre, organisée dans bien des villes de France,pacifique, pluraliste et non-confessionnelle, et celle du lendemain,
uniquement à Paris, ayant réuni tout au plus 9000 personnes ( contre 140 000 la veille, au bas mot, rien qu'à Paris) organisée par le réseau Civitas, proche des milieux intégristes. Cette
dernière manifestation seulement a connu des débordements lamentables. La presse s'en est emparée, c'est évidemment ce qui a fait le plus de bruit.


Néanmoins, quoique je considère cette initiative de manifestation par Civitas blâmable en tous points, je ne peux que constater la virulence des personnes contre-manifestants, et du groupe femen.
Considérez je vous prie l'opportunité de slogans écrits à la peinture sur le corps de femmes dénudées par provocation " Fuck l'Eglise"...


In fine, je crois que les réactions épidermiques, et à brûle-pourpoint demandent à être vérifiées et finement analysées. S'ils sont confirmées, les violences, et les débordements en tous genre
doivent être condamnées sans appel, de quelque côté qu'ils fussent. Mais ne nous engouffrons pas trop vite dans une vicitimisation larmoyante, qui cache le fond du problème, et décentre
habilement le projecteur des vraies victimes, celles que l'on oublie : les enfants.


Avec ma prière, et mon amitié,


Bastien



@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog