MARTIGUES FÊTE LE BIENHEUREUX GÉRARD VENDREDI 13 OCTOBRE

  • PAROISSE DE MARTIGUES
MARTIGUES FÊTE LE BIENHEUREUX GÉRARD VENDREDI 13 OCTOBRE

 

    Vendredi 13 Octobre

 

Messe à 9h

Chapelle de Croix Sainte

 

Bienheureux Gérard Tenque (1040-1120) : originaire de Martigues,

il a fondé l’hôpital Saint Jean de Jérusalem.

Il est le fondateur de l'ordre des Hospitaliers dit de Malte.

 


 

 

PREMIERE LECTURE

 

Le seul nom qui puisse nous sauver.

 

Lecture du livre des Actes des Apôtres                                       4,8-12

 

Convoqué devant le grand conseil d’Israël,

Pierre, rempli de l'Esprit Saint,

déclara : « Chefs du peuple et anciens,

nous sommes interrogés aujourd'hui

pour avoir fait du bien à un infirme,

et l'on nous demande

comment cet homme a été sauvé.

Sachez-le donc, vous tous,

ainsi que tout le peuple d'Israël :

c'est grâce au nom de Jésus le Nazaréen,

crucifié par vous,

ressuscité par Dieu,

c'est grâce à lui que cet homme

se trouve là devant vous, guéri.

Ce Jésus, il est la pierre

que vous aviez rejetée, vous les bâtisseurs,

et il est devenu la pierre d'angle.

En dehors de lui, il n'y a pas de salut.

Et son Nom, donné aux hommes,

est le seul qui puisse nous sauver. »

        

 

PSAUME                                                                                                            39

 

R/. Glorifie le seigneur, Jérusalem !

      Célèbre ton Dieu, ô Sion !

 

Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce

et que tes fidèles te bénissent !

Ils diront la gloire de ton règne,

ils parleront de tes exploits.

 

Les yeux sur toi, tous, ils espèrent

tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;

tu ouvres ta main :

tu rassasies avec bonté tout ce qui vit .

 

Le seigneur est juste en toutes ses voies,

fidèle en tout ce qu'il fait.

Il est proche de ceux qui l’invoquent,

de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

 

EVANGILE

 

ACCLAMATION

 

Alléluia.

Allégresse pour qui s'abrite en toi,

joie éternelle !

Toi, Seigneur, tu bénis le juste ;

du bouclier de ta faveur, tu le couvres.

Alléluia.

 

 « Si vous m'aimez, vous garderez mes commandements. »

 

+ Evangile de Jésus Christ selon saint Jean                          14, 12-17

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :

« Amen, amen, je vous le dis :

celui qui croit en moi

accomplira les mêmes œuvres que moi.

Il en accomplira même de plus grandes,

puisque je pars vers le Père.

Tout ce que vous demanderez en invoquant

mon nom, je le ferai,

afin que le Père soit glorifié dans le Fils.

Si vous me demandez quelque chose

en invoquant mon nom, moi, je le ferai.

Si vous m'aimez,

vous resterez fidèles à mes commandements.

Moi, je prierai le Père,

et il vous donnera un autre Défenseur

qui sera pour toujours avec vous :

c'est l'Esprit de vérité.

Le monde est incapable de le recevoir,

parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas ;

mais vous, vous le connaissez,

parce qu'il demeure auprès de vous,

et qu'il est en vous. »

 

Hommage au Bienheureux Gérard Tenque

(cliquer ci-dessous)

 

Tricoire Claudette 12/10/2017 08:35

Quand l'histoire bredouille.... et qu'il pas certain que le BX Gérard soit de Martigues !
Frère Gérard
Frère Gérard ou Gérard l'Hospitalier, né vers 1047 dans une famille de la région d'Amalfi (Italie), et mort le 3 septembre 1120, est le fondateur d'une congrégation, les Hospitaliers de Saint-Jean, qui deviendra par la suite l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Origine
Frère Gérard est quelquefois appelé Pierre-Gérard de Martigues pour appuyer son lieu de naissance à Martigues en Provence. Mais cette origine n'est pas établie. Une autre version voudrait que frère Gérard soit originaire d'Amalfi ce qui parait plus probable. L'écrivain et historien italien Gian Francesco Galeani Napione et l'historien de la ville d'Amalfi, Giuseppe Gargano, auraient retrouvé frère Gérard dans un certain Gerardo Sasso, mais les preuves apportées ne sont pas convaincantes.
Gérard Tenque]
Appelé souvent par erreur Gérard Tenque ou Tum, Tune, ou encore Thom, cette confusion vient d'une erreur de traduction de Pierre-Joseph de Haitze qui traduit des textes latins, entre autres, pour l'écriture de son Histoire de la vie et du culte du bienheureux Gérard Tenque, fondateur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il aurait appelé le frère Gérard, Gérard Tenque : « Fr. Gerardus tunc Hospitalis praefectus cum a Christianis duce Godefredo Hyerusalem capta est anno domini MLXXXIX » où tunc doit se traduire par « à l'époque » : « Frère Gérard, à l'époque administrateur des Hospitaliers… » et non « Frère Gérard Tenque, administrateur des Hospitaliers… ». C'est Ferdinand de Hellwald qui a relevé l'erreur de traduction en 1885.

Biographie
Guillaume de Tyr donne pour origine une famille d'Amalfi. Il attribue la construction d'origine à Pantalone di Mauro commerçant amalfitain à Constantinople. Son commerce le menait régulièrement à Jérusalem où il allait prier au Saint-Sépulcre, partiellement reconstruit en 1048. Mauro aurait obtenu du calife fatimide du Caire, gardien des lieux, l'autorisation de construire une maison. L'autorisation obtenue, il fit construire, en plus d'une maison, un monastère et une église, Sainte-Marie-Latine. Il en confia la gestion à des moines bénédictins. Quelque temps plus tard, il fit construire un couvent et un oratoire dédié à Marie-Madeleine réservée aux femmes. Enfin, il fit construire un xenodochium pour accueillir des pèlerins. Lorsque les croisés prirent Jérusalem ils trouvèrent Agnès, l'abbesse du couvent féminin, et Gérard qui n'était sans doute pas un religieux4
C'est comme oblat des moines bénédictins de Sainte-Marie-Latine qu'il soignait, et dirigeait sous leur autorité, les malades au xenodochium (hôpital en grec) de Jérusalem que des marchands d'Amalfi avaient construit entre 1068 et 1071 et dédié au bienheureux Jean l'Aumônier. Lors du siège de Jérusalem par les croisés de Godefroy de Bouillon, il est suspecté d'entente avec l'ennemi, et, à la prise de la ville, il se met à la disposition de tous les blessés.
À la suite de la conquête latine de la première croisade, le xenodochium et son recteur Gérard se séparent des moines bénédictins de Sainte-Marie-Latine, et changent de patronage en le dédiant désormais à saint Jean-Baptiste. Gérard se consacre aux pauvres et aux pèlerins, recrutant du personnel et recevant de nombreux dons de toute la chrétienté. Il fit construire une église dédiée à Jean le Baptiste et un monastère lui aussi dédié au même saint2. Ses premiers compagnons dans la congrégation qu'il fonde seront les aides des malades, impressionnés par son engagement et sa foi.
Frère Gérard institua peut être une règle pour régir L'Hospital en s'inspirant de celle de saint Augustin et de saint Benoît mais il n'en pas pas laissé trace. La première règle connue date de Raymond du Puy.
Frère Gérard meurt à Jérusalem le 3 septembre 1120, il est considéré comme bienheureux par l’Église catholique.

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog