>

OINTS AVEC L'HUILE DE JOIE (FIN)

  • PAROISSE DE MARTIGUES

Pape-et-pretres-messe-chrismale.jpg 

Homélie du Pape François

pour la messe chrismale 2014

 

En ce Jeudi Saint, je demande au Seigneur Jésus qu'il fasse découvrir à beaucoup de jeunes cette ardeur du cœur qui fait surgir la joie dès qu'on a l'heureuse audace de répondre avec promptitude à son appel.

En ce Jeudi Saint, je demande au Seigneur Jésus qu'il conserve l'éclat joyeux dans les yeux des nouveaux ordonnés, qui partent pour "se manger" le monde, pour se consumer au milieu du peuple fidèle de Dieu, qu'ils se réjouissent en préparant la première homélie, la première Messe, le premier Baptême, la première Confession... c'est la joie de pouvoir partager – émerveillés – pour la première fois comme oints, le trésor de l'Évangile et de sentir que le peuple fidèle te revient pour oindre d'une autre manière : avec leurs demandes, inclinant la tête pour que tu les bénisses, te serrant les mains, t'amenant leurs enfants, demandant pour leurs malades...

 

Seigneur, conserve dans tes jeunes prêtres la joie du départ, la joie de faire toute chose comme nouvelle, la joie de consumer leur vie pour toi.

 

En ce Jeudi sacerdotal, je demande au Seigneur Jésus de confirmer la joie sacerdotale de ceux qui ont de nombreuses années de ministère. Cette joie qui, sans disparaître de leurs yeux, repose sur les épaules de tous ceux qui supportent le poids du ministère, ces prêtres qui ont déjà pris le pouls du travail, qui rassemblent leurs forces et se rechargent : "ils changent d'air", comme disent les sportifs.

 

Conserve Seigneur la profondeur et la sage maturité de la joie des prêtres adultes. Qu'ils sachent prier comme Néhémie : la joie du Seigneur est notre rempart (cf. Ne 8, 10).

 

Enfin, en ce Jeudi sacerdotal, je demande au Seigneur Jésus que resplendisse la joie des prêtres âgés, bien portants ou malades. C'est la joie de la Croix, qui provient de la conscience d'avoir un trésor incorruptible dans un vase d'argile qui va en se défaisant. Qu'ils sachent être bien quel que soit l'endroit où ils sont, discernant dans la fugacité du temps le goût de l'éternel (Guardini).

 

Qu'ils ressentent, Seigneur, la joie de passer le flambeau, la joie de voir grandir les enfants des enfants et de saluer, dans un sourire et avec douceur, les promesses, dans cette espérance qui ne déçoit pas.

 

(Fin)

 

Pape François

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog