>

PRETRE, "UNE SOURCE D'EAU VIVE AU MILIEU D'UN MONDE ASSOIFFE" !

  • PAROISSE DE MARTIGUES

 IMGP1175.JPG

 

Comme chaque année, à proximité de la fête de Saint-Pierre et Saint Paul, Apôtres, (29 juin), des ordinations de prêtres ont lieu dans la majorité des diocèses. Thomas a été ordonné prêtre il y a deux ans. Actuellement dans une paroisse dans le sud de la France, il revient sur le sens du sacerdoce qu’il vit depuis deux ans.

 

1er juillet 2012. Il y a deux ans, le jour de mon ordination : une grande joie ! Deux ans déjà !

 

Benoit-et-Thomas.png 

 

Prêtre, ce « je-ne-sais-quoi »

 

Un moment m’a particulièrement touché : quand tous mes frères aînés sont venus m’imposer les mains. Rejoindre la grande famille sacerdotale, la petite famille des prêtres de ma paroisse, la famille plus élargie des prêtres en mission sur mon diocèse, la famille universelle croisée ça et là, et ce « je-ne-sais-quoi » qui procure une communion immédiate entre prêtres … quelle joie !

 

Devenir prêtre : cela m’a pris 7 années de formation ! Et… plus tu avances dans la formation, plus tu pressens que tout va se jouer après l’ordination.

 

« Le bon pasteur »

 

Sur ma paroisse, deux autres prêtres, l’un a plus de 60 ans de sacerdoce, l’autre fête ses vingt premières années en 2014… une belle invitation à l’humilité pour un jeune prêtre ! Et puis, la grâce aidant, le jeune prêtre « chien fou » touche la sagesse de l’un, la détermination de l’autre, il apprend à devenir prêtre à sa manière, en cherchant à ce que cette manière soit celle du Christ, le Bon Pasteur.

 

La Providence veut que j’écrive ces quelques mots à la fin d’une journée durant laquelle je fus appelé auprès d’un père de famille de la paroisse en difficulté. Il me disait : « je vous fais perdre votre temps, parce que vous devez vous occuper des autres ». Étonnante réaction de la brebis égarée ! Rarement pourtant je me suis senti autant à ma place, auprès de lui qui demandait un prêtre à ses côtés, comme un signe d’un Dieu veillant sur lui.

 

P1030221.JPG

 

Mystère de la présence d’un père

 

Le mystère du sacerdoce est un mystère de la présence. Présence d’un homme ordonné, ajusté au Christ prêtre et envoyé vers les hommes. Présence d’un homme pécheur qui reçoit les confessions d’autres pécheurs et qui, par le don de la Miséricorde, voit l’absolution ouvrir les cœurs, délier les esprits, délivrer les enchaînés. Présence enfin d’un père, qui voit ses enfants de 3, 7, 12, 17, 20, 30, 50, 75, 90 ans, grandir, mûrir, partir, chuter, se relever, rire, pleurer, etc. Mystérieuse paternité que je découvre, petit à petit.

 

Au début de mon séminaire, Benoît XVI écrivait son encyclique « Dieu est amour », et, dans la prière finale, il sollicitait l’aide de la Vierge Marie pour « être source d’eau vive au milieu d’un monde assoiffé. »

 

Être, au nom du Christ, source d’eau vive au milieu d’un monde assoiffé, belle définition du sacerdoce !

 

Père Thomas Poussier

 

Publié dans"Jeunes cathos blog"

 

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog