>

SAINT JOSEPH, PRIEZ POUR NOUS !

  • PAROISSES DE MARTIGUES ET PORT DE BOUC
SAINT JOSEPH, PRIEZ POUR NOUS !

Ce mercredi 10 mars, nous entrons dans la neuvaine de prière à saint Joseph que nous fêterons avec toute l’Église le vendredi 19 mars. Le pape François nous invite à le prier avec ferveur cette année. Il y a 150 ans Pie IX le proclamait patron de l’Église universelle. C’était en 1870, l’Europe était déchirée par la guerre. Nous en sommes en 2021, en lutte contre un virus, au sein d’une humanité déboussolée qui avance sans cap, dans l’inquiétude. Prions saint Joseph. Prions-le à toutes nos intentions. Prions-le pour être délivré de l’épidémie et de ses conséquences, de l’angoisse et de la désespérance qu’elle suscite.

Je vous invite à lire la lettre apostolique du pape François, intitulée « Avec un cœur de père ». Elle est courte et belle. Accrochez au passage telle ou telle pensée qui nourrira votre méditation et votre prière. Vous pourrez lire aussi l’exhortation apostolique de Jean-Paul II, « Gardien du Rédempteur », un peu plus longue mais tout aussi belle. Je vous partage ici quelques perles de ma méditation. 

 

Joseph, la petite main de Dieu

 

Honneur aux petites mains. Honneur à ceux dont on ne parle pas, qui ne sont pas des vedettes, mais qui humblement se mettent au service des autres, sans bruit. Les évangiles parlent peu de saint Joseph, mais il est celui que Dieu a choisi pour être le père de Jésus le Sauveur. Joseph est la petite main de Dieu. Contemplez-le sur le chemin de Nazareth à Bethléem, aux petits soins pour Marie qui est enceinte. Contemplez-le à l’arrivée à Bethléem où il ne trouve pas d’auberge où passer la nuit alors que le temps de l’accouchement est proche. Voyez-le, préparant le berceau dans l’étable, demandant à l’âne et au bœuf de laisser un peu de place pour l’enfant à naître. Face aux menaces de mort, il assure la sécurité de la Sainte Famille et l’emmène loin de Jérusalem, jusqu’en Egypte où il faudra encore trouver le gîte et la nourriture. Oui, saint Joseph est le gardien du Rédempteur. Prions-le pour qu’il veille sur nos familles.

 

Joseph, le veilleur de nuit

 

C’est dans la nuit que Joseph voit l’ange de Dieu s’approcher de lui et lui apporter la lumière de l’Esprit Saint. Je vous invite à méditer les quatre songes de Joseph et les paroles de l’ange. Ce soir-là Joseph, homme juste, avait décidé de renvoyer Marie. Grave décision ! Dans la nuit, l’ange de Dieu lui fait l’annonce qui illumine son esprit : « L’enfant qui est engendré en Marie vient de l’Esprit Saint ». Comme Marie, Joseph met sa foi en la parole de l’ange. Ce fut le premier songe. C’est aussi l’ange qui révèle à Joseph le danger qui menace l’enfant : « Fuis en Egypte ». Et dans la nuit Joseph se leva, il prit l’enfant et sa mère et partit vers l’Egypte. Ce fut le deuxième songe. C’est encore l’ange qui lui donne le signal du retour. Ce fut le troisième songe. Mais le danger est toujours menaçant à Jérusalem. L’ange lui indique la direction de Nazareth. Ce fut le quatrième songe. Joseph met sa foi en l’Esprit Saint et il se laisse conduire par lui. Prions-le pour tous ceux qui vivent la nuit de l’épreuve. Lui qui fut le gardien du Rédempteur, prions-le de nous garder dans une foi active et fervente.

 

Joseph, le charpentier

 

Quel beau métier que celui de charpentier ! La charpente est ce qui rend la maison solide et sûre. Contemplons Joseph dans son atelier de Nazareth. Demandons-lui de nous transmettre son art comme il l’a transmis à Jésus. Aujourd’hui, au sein de notre société ballotée à tous vents, ce sont des charpentes intérieures dont nous avons besoin pour nos âmes. Prions saint Joseph pour les enfants et les jeunes ; qu’il les aide à édifier en eux une charpente solide qui résistera aux tempêtes de la vie. Prions pour les pères de famille pour qu’ils soient des maîtres charpentiers pour leurs enfants.

 

Joseph, le patron de la bonne mort

 

Selon la tradition, saint Joseph est mort d’une mort douce et paisible, dans les bras de Marie et Jésus. « Un saint qui avait tant aimé ne pouvait mourir que d’amour », écrit saint François de Sales. La bonne mort est celle qui est vécue auprès des siens, dans la douceur et la tendresse. La bonne mort est celle qui est vécue dans la certitude de foi que le Christ est ressuscité, dans l’espérance de la vie éternelle, dans la confiance en l’infinie miséricorde de Dieu. Ainsi mourut saint Joseph. Voilà pourquoi il est le patron de la bonne mort. Prions-le pour toutes les personnes en fin de vie. Prions-le pour les soignants qui travaillent dans les services de soins palliatifs. Prions pour que nos parlementaires résistent aux pressions de ceux qui militent pour l’euthanasie qui est tout le contraire de la bonne mort. Demandons pour nous-mêmes la grâce de demeurer paisibles et sereins devant la perspective que notre vie terrestre aura une fin. Vierge Marie et saint Joseph, priez pour nous à l’heure de notre mort.

 

Chers diocésains d’Aix et Arles,

 

Je vous invite à vivre avec une grande ferveur cette neuvaine de prière à saint Joseph. Joseph prit chez lui Marie et Jésus. Choisi par Dieu pour être époux de Marie et père de Jésus, il fut pour eux un confident. Au cours de cette neuvaine, Joseph sera aussi le confident de nos pensées et de nos prières. Nous savons par les évangiles qu’il avait une grande foi en l’Esprit Saint, le Maître de l’impossible. La foi en l’impossible est si nécessaire aujourd’hui pour dissiper nos inquiétudes et fortifier notre espérance. Par l’intercession de saint Joseph, demandons au Seigneur la grâce de la foi en l’impossible. Une proposition de neuvaine de prière vous est proposée sur notre site en cliquant ici.

 

Saint Joseph, priez pour nous.

 

Ɨ Mgr Christophe DUFOUR

Archevêque d’Aix-en-Provence et  Arles

En ce mois de mars 2021 dédié à saint Joseph

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog