>

DES HOMMES ET DES DIEUX : L'AVIS DE JACQUES LEFUR

  • PAROISSE DE MARTIGUES

Des hommes et des dieux

 

"Voici le meilleur film religieux réalisé depuis Thérèse, d’Alain Cavalier, en 1986, que l’on regarde, du début à la fin, avec grande attention et émotion.

 

Un film d’une réelle qualité esthétique : paysages, intensité des échanges entre les moines, gros plans sur leurs visages, beauté de leurs chants.

 

Nous vivons les derniers mois de l’existence des moines de Tibhirine dans le contexte de la guerre civile exacerbée en Algérie : la vie du monastère, avec le frère médecin (Michael Lonsdale), les travaux de jardinage, les relations amicales avec le village voisin.

 

Très vite, le danger est présent, et le film saura avec justesse et acuité nous faire suivre les hésitations des moines : faut-il rester à tout prix, ou, au contraire, se rallier à la prudence et partir ?

 

Ce sera finalement l’avis des villageois qui emportera la décision.

 

Le prieur, Christian (Lambert Wilson), qui a laissé des écrits, permet au réalisateur de s’appuyer sur des documents authentiques pour fonder la décision finale de rester et l’esprit dans lequel les moines unanimes la vivent.

 

Une dernière scène au monastère, autour de deux bouteilles de vin, est un grand moment de paix et de joie, de transfiguration portée par la musique de Tchaïkovski.

 

On atteint ici le niveau du documentaire Le Grand Silence sur la vie des Chartreux.

 

Jusqu’au bout, le film évite toute faute de goût en nous montrant simplement les moines emmenés vers la montagne dans un paysage de neige. 

 

Ce film a donc été parfaitement récompensé par le Grand prix du jury, qui souvent distingue un film de grande qualité esthétique et humaniste, et par le Prix du jury œcuménique."

 

Jacques Lefur

 

Des-hommes-et-des-dieux-livres1.jpg

 

 

  Des-hommes-et-des-dieux-livre2.jpg

 

  Des hommes et des dieux livres3

  Des-hommes-et-des-dieux-livres4-.jpg

 

 

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog