>

INTERVENTION DE MGR DUFOUR SUR LE PROJET DE LOI SUR LE MARIAGE

  • PAROISSE DE MARTIGUES

 mgr-dufour

 

  Introduction de Mgr Christophe Dufour

à la conférence du 14 décembre 2012 :

« Mariage, filiation, quel avenir ? »

 

Nous abordons un sujet grave.

 

Ce n’est pas d’abord moi qui le dis, mais Madame la Garde des Sceaux qui, le 7 novembre dernier, a présenté un projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Ce jour-là, dans une interview à Ouest France, elle déclarait : « C’est une réforme de société, et on peut même dire une réforme de civilisation. Nous n’avons pas l’intention de faire comme si nous ne retouchions que trois ou quatre virgules dans le Code Civil » (cité par Mgr André Vingt Trois dans sa conférence au Centre Saint Louis à Rome le 19 novembre dernier). Madame Taubira situait elle-même l’enjeu du débat : une réforme de civilisation. Rien de moins.

 

Ce sujet mérite donc que l’on s’y intéresse de près, que nous y réfléchissions attentivement, que nous faisions une opinion argumentée et que, en citoyen de notre République, nous puissions partager publiquement notre jugement sur le projet de loi qui sera soumis au débat parlementaire à la fin du mois de janvier.

 

Nous voulons aborder cette réflexion en hommes et femmes de raison, éclairés par l’intelligence, recherchant ce qui est bon pour le plus grand nombre, ce qui est dans l’intérêt de tous, veillant à ce que l’on appelle l’intérêt général, le bien que nous avons en commun. Le bien, c’est notre environnement quotidien. Le bien, c’est le travail et la justice. Le bien, c’est la paix et le vivre ensemble. Le bien, c’est le bonheur des familles. Le bien, c’est la vie humaine, c’est l’humain, c’est le principe de vie, le principe de vie humaine, homme et femme.

 

L’intérêt général n’est pas la somme des intérêts individuels, il est la convergence de toute une société vers un bien commun, collectif. Dans quelle direction devons-nous aller, nous orienter, pour le respect de l’humain et le progrès vers le plus humain. L’intérêt général est la responsabilité d’un gouvernement élu démocratiquement. Dans notre société de liberté – cette liberté est notre trésor – il appartient aux citoyens, et aussi à des groupes de citoyens, de dire ce qu’ils pensent être l’intérêt général.

 

Notre réflexion de raison est éclairée par notre foi religieuse. Cette lumière, nous l’avons en commun avec toutes religions monothéistes, musulmane, israélite et chrétienne.

 

Nous l’avons plus particulièrement avec les israélites, à partir de la Bible. Le grand rabbin Gilles Bernheim s’y réfère explicitement. Et chaque confession chrétienne a pu s’exprimer selon le point de vue qui est le sien.

 

Sachons que tout excès de langage nous condamne, car il manifesterait notre déraison.

 

L’esprit partisan n’a pas lieu de s’exprimer, car il est le plus souvent rempli de présupposés, voire d’idéologie.

 

Nous voulons que soit éclairée les consciences.

 

Et nous demandons que, sur un tel sujet, les consciences de nos parlementaires ne soient pas aliénées par une directive de parti.

 

Nous sommes des citoyens qui désirons exprimer leur parole raisonnée, dans un pays de liberté, et dans le respect de toutes les opinions. 

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog