>

NE NOUS LAISSONS PAS ABATTRE PAR L'ADVERSITE

  • PAROISSE DE MARTIGUES
Homélie du dimanche 29 novembre.

Homélie du dimanche 29 novembre.

 

Dans la suite inexorable du temps, nous abordons le temps de  l’AVENT.

 

Jésus dans une réflexion, avec la capacité d’expression qu’il possède totalement, s’exprime dans ce discours sur la ruine de Jérusalem et la venue du Fils de l’Homme.

 

C’est avec le langage des ‘apocalypses‘ en usage à l’époque que nous abordons, en ce premier dimanche de l’AVENT, le chemin qui nous conduit au pied de la crèche où Jésus est né de la Sainte Vierge, prenant ainsi notre condition humaine.

 

De nos jours, et ce de plus en plus, ce mot ‘apocalypse‘ a pris un sens purement négatif. Notre société lui donnant uniquement un aspect ‘laïque‘. Il est devenu synonyme de cataclysmes, de ruines, de malheurs, complètement laïcisé dans la science-fiction entre autres. Or, ce message est porteur d’espérance au sein d’une crise profonde.

 

Le Christ nous invite à penser chrétiennement la vie, en accordant l’importance qu’ils méritent respectivement au présent et au futur en sachant que la vie chrétienne n’est rien d’autre qu’une vie vécue aujourd’hui, maintenant. Ce maintenant, cet aujourd’hui, ne reçoivent leur signification  totale qu’en fonction du futur, de l’avenir, de l’attente de la venue du Fils de l’Homme.

 

Frères et Sœurs n’est-ce pas là l’essentiel ?

 

Le temps de l’AVENT  se présente donc  pour deux raisons : comme pieuse et joyeuse attente de la venue du Christ, au sein même de notre vie purement humaine :

 

" Celui que les Prophètes  avaient chanté, celui que la Vierge Marie attend avec Amour, celui dont Jean – Baptiste  a proclamé la venue  et révélé la présence  au milieu des hommes."                            

 

Nous sommes loin, très loin de la société de consommation dans laquelle nous vivons

 

Anticipant la venue du Fils de l’Homme le Christ invite ses disciples :

"Redressez-vous et relevez la tête ; Tenez-vous sur vos gardes ; Restez éveillés et priez !"

 

Il n’est nullement question de culpabilisation, de conversion. Le temps de l’AVENT reste et demeure le temps de la prise de conscience de notre condition de Baptisés en Jésus-Christ. De Chrétiens et de Chrétiennes dont la conduite est inspirée par l’espérance plus que par la peur.

 

C’est en restant ‘éveillé‘ en ne se laissant pas distraire de l’essentiel,   c’est en se tournant  sans cesse vers DIEU  dans la prière  (priez en tout temps) que nous manifesterons et nourrirons notre espérance  pour la venue du Christ en cette nuit de la Nativité.

 

On nous dit parfois : "Votre Foi, qu’est-ce que ça change ?" 

 

Tout ! comme  le soleil.

 

Nous vivons les mêmes choses, mais dans la lumière. "Celui qui  me suit, dit Jésus, ne marche pas dans la  nuit."

 

Nous marchons dans le soleil de la première venue du Christ : Noël ! 

 

Bonne Année Liturgique et Joyeux Noël !

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog