>

CAMILLE CLAUDEL 1915 : SOIREE-DEBAT A AIX LE 3 AVRIL

  • PAROISSE DE MARTIGUES

 

Camille Claudel 1915 

 

Un film exceptionnel. Un film qui marquera dans l’histoire du cinéma.

 

L'équipe de Chrétiens-Cinéma vous convie à un débat autour du film de Bruno DUMONT : "Camille Claudel 1915"

 
mercredi 3 avril 2013 à 20h30
 
salle "Chêne de Mambré"
7 cours de la Trinité
AIX EN PROVENCE
   
On savait déjà que Bruno Dumont était un grand cinéaste, qu’il n’avait pas son pareil pour scruter les visages et les paysages du Nord. Il s’était révélé avec des histoires qui se déroulaient dans son village natal, Bailleul, dans le Nord, « La vie de Jésus » (1997) et « L’humanité » (1999) récompensé de trois prix à Cannes. Les films suivants confirmaient son talent, son style dépouillé, sa prédilection pour des sujets difficiles, inégaux, excessifs. Il trouve enfin ici un sujet –et une actrice- pleinement à sa mesure.      

               

Camille Claudel, née en 1864, sœur aînée de Paul Claudel, fut une grande figure de la  sculpture française, d’abord en compagnie de Rodin. Séparée de lui en 1895, vivant alors très isolée, sa famille la fait interner en 1913. Le film la rejoint en 1915, durant la guerre, dans un asile d’aliénés tout près d’Avignon et l’accompagne durant trois journées, attendant la visite de son frère.

               

Le drame vécu là par Camille Claudel est d’autant plus saisissant que Bruno Dumont l’a entièrement tourné dans ce qui est aujourd’hui encore un  hôpital psychiatrique, à Saint Paul de Mausole, près de Saint Rémy de Provence, là où Van Gogh avait été interné pendant un an en 1889, Une chapelle du XIIème siècle, des bâtiments austères, tout autour les oliviers et les champs de lavande immortalisés par le peintre. Et dans ce contexte, entourée de malades mentaux anonymes, Juliette Binoche est bouleversante, dégagée de tout artifice, le cinéaste scrutant sur son visage la douleur, la solitude de l’artiste, le désespoir, le sentiment d’enfermement, la menace intérieure qui peut conduire au délire de persécution.

               

Un seul moment d’évasion hors de cet univers carcéral : avant sa visite, Paul Claudel fait halte à l’abbaye de Frigolet et raconte sa rencontre avec Dieu à un moine, dans d’admirables paysages provençaux. Fidèle à lui-même, Bruno Dumont n’est pas tendre pour cette conception religieuse d’un Dieu Tout-Puissant, inhumain. Il ne cache pas non plus la responsabilité de la famille : le médecin conseille à Paul Claudel avant son départ : « Il serait peut-être temps d’essayer de la satisfaire (en la laissant sortir) ». Paul Claudel n’entend rien et le calvaire durera trente ans.

               

Un grand film, admirable d’intensité, mais qui, vous le percevez, donne à penser et à discuter.

 

                                                                                                                                                             Père Jacques Lefur

                                        

                                           

                                          

Hiver 1915. Camille Claudel est internée de force par sa famille, dans un asile du sud de la France. Elle ne sculptera plus... Camille Claudel 1915 est une chronique de la vie recluse de cette dernière, dans l'attente d'une visite de son frère, Paul Claudel.                     

 

 

Le film est projeté au Cinéma Jean Renoir à Martigues :

 

Jeudi 21 à 18h30, Vendredi 22 à 21h, Samedi 23 à 19h,

Dimanche 24 à 17h Lundi 25 à 19h, Jeudi 28 à 21h,

Vendredi 29 à 17h, Dimanche 31 à 19h, Lundi 1er à 21h,

Mardi 2 à 19h

 

Cinéma Jean Renoir

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog