>

HOSANNA ! HOSANNA ! HOSANNA ! AU PLUS HAUT DES CIEUX

  • PAROISSE DE MARTIGUES
  • HOMELIES

rameaux-dessin.jpg

 

Après avoir écouté devant l’église le passage d’Evangile, selon St Matthieu de l’entrée de Jésus à Jérusalem, nous l’avons acclamé : Hosanna, Hosanna, Hosanna au plus haut des cieux….Nous sommes invités, ce matin à une réflexion sur ce moment de la vie  de Celui qui est source et aboutissement de notre  BAPTÊME.

 

Cette  Bénédiction et cette Procession des Rameaux, n’a en aucune manière un côté magique, nous ne brandissons pas des Rameaux, comme un trophée, un cricri. Nous ouvrons d’une manière communautaire la Semaine Sainte, la plus chargée en célébrations ( Lundi Saint, MESSE CHRISMALE – Jeudi Saint , INSTITUTION DE L’EUCHARISTIE - Vendredi Saint, PASSION DU CHRIST – Veillée Pascale, RESURRECTION DU CHRIST -   Jour de Pâques , CELEBRATION SOLENNELLE de  CETTE RESURRECTION )  et la plus intense par tout ce qu’elle nous donne de vivre.

 

Pas seulement revivre au sens du souvenir : ‘ Faire mémoire ‘  Tout au long de cette semaine c’est entrer dans les événements eux-mêmes, tels qu’ils se sont passés à Jérusalem, pour recevoir les promesses de vie qu’ils détiennent.

 

La Semaine Sainte est le temps par excellence de ce mystérieux contact avec les événements  eux-mêmes tels qu’ils se sont passés à Jérusalem, pour recevoir les grâces  de vie qu’ils détiennent.

 

Nous sommes dans la foule qui accueille Jésus sur son ânon  et nous chantons ‘ Hosanna ! Hosanna ! Hosanna au plus haut des cieux ……’

 

De la même manière nous serons à la Cène, à la Passion et à la Résurrection.

 

Il y aura, durant cette semaine, des ferveurs et des émotions, car son  déroulement  est très beau, très révélateur,  dramatique même.

 

Mais ce qu’il faut éveiller au matin des Rameaux c’est notre Foi. Seule cette Foi nous permet de saisir les réalités  des ces célébrations.

Le Mystère de Jésus  et le mystère de toute vie chrétienne apparaissent comme un constant mélange de gloire et d’humilité.

 C’est Saint Jean qui exprime le mieux la gloire et pourtant sa Passion commence par le très humble LAVEMENT DES PIEDS.

 

Saint Paul  présente dans un remarquable raccourci le Mystère du Christ et tout ce que la Semaine Sainte va nous faire vivre :

 

‘ Le Christ Jésus qui était, dans la condition de Dieu, s’est dépouillé en prenant la condition de serviteur. Il s’est abaissé en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a élevé au-dessus de tout.’

 

Par les nuances qui lui sont habituelles, Matthieu marque bien, dans son récit des Rameaux, ce mélange de grandeur et d’humilité qu’il nous faut sans cesse méditer pour connaître Jésus et pour être chrétien.

 

Jésus parle comme un voyant et un maître : ‘ Au village, vous trouverez une ânesse avec son ânon ; détachez-les et dites le Seigneur en a besoin ‘

 

Et la grande prophétie devient réalité : Jérusalem, ton Roi vient à toi ‘. Les Hosanna  vont retentir, avec l’expression si caractéristique : ‘ Béni soit celui qui vient (Le Messie ) au nom du Seigneur !

Maintenant, Jésus peut accepter d’être acclamé, comme Messie.

 

Ce qu’il va vivre en souffrance et en gloire, sa Passion et sa Résurrection, révéleront (mais seulement à la Foi ! ) que Messie il est et quel salut il apporte.

 

Tout de suite de la Seigneurie, Matthieu passe à l’humilité : Modeste ton Roi monte un âne.

Aucun triomphateur de cette époque n’eut songé cela, mais quel serait notre Christ des Rameaux s’il paradait sur un cheval de guerre ?

L’âne nous fait bien mieux entrer dans des pensées difficiles : Jésus-Christ est divin et il est humble, il est roi et il est serviteur.

Il nous entraîne sur des chemins de grandeur et de modestie.

 

Grandeur et modestie : qui ne tient qu’une de ces deux dimensions entre mal dans la Semaine Sainte et dans la vie de disciple du Christ.

Derrière Lui nous ne sommes pas rien, mais le moindre orgueil nous perdrait.

Jésus est là : humble, doux, heureux d’être entouré par de modestes pêcheurs comme ministres, heureux d’avancer sur le tapis des pauvres : leurs manteaux et sous les cris de ces petits qu’il préfère : Hosanna ! Hosanna !   

 

Cependant, le riche n’est pas repoussé,  s’il vient aux RAMEAUX qu’il vienne avec un cœur modeste.

 

Pour la première fois, Matthieu note l’identification terrienne de Jésus :

 

‘ Quand il arriva à Jérusalem, la ville fut intriguée : Quel est celui – là ? Et le cortège répondait : C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. ‘

 

En plein triomphe nous sommes ramenés à l’humilité de l’Incarnation : un petit artisan charpentier galiléen à Jérusalem !

 

Après cette célébration des RAMEAUIX nous retournerons chez nous, avec une branche d’olivier. Cette branche occupera une place privilégiée : signe de notre Foi et de notre Espérance.

 

Certains parmi nous ont dans les bras un  magnifique bouquet de branches d’olivier.

Lorsque  vous donnerez une branche, si modeste soit-elle, accompagnez votre geste par une parole de Paix et d’Espérance.

 

Hosanna ! Hosanna ! Hosanna ! au plus haut des cieux !

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog