>

MEDITATION SUR L'AVENT

  • PAROISSE DE MARTIGUES

 

couronne-avent-ferrieres.JPG

 

Nous rappelons ta mort, Seigneur Jésus !
Nous célébrons ta résurrection !
Nous attendons ta venue dans la Gloire !

 

Lorsque nous utilisons un GPS en voiture, il nous faut entrer le point de départ, puis le point d'arrivée, et demander le chemin le plus court, ou le plus rapide, ou le moins cher... Le GPS ne cherchera  le chemin qu'à ces conditions. Ainsi sans point d'arrivée, il ne peut fonctionner.

 

Les lycéens et grands collégiens ont de la chance lorsqu'ils savent ce qu'ils veulent faire comme métier. Ils trouvent naturellement leur orientation, alors que les autres sont perdus dans les multiples filières existantes. Ils iront éventuellement se renseigner auprès d'un conseiller d'orientation.

 

A la mort d'un proche, nous pouvons aussi être perdu, nous demander où il (elle) est parti (e). Nous pouvons être désorientés. La liturgie de l'Eglise est là pour nous orienter. Elle nous montre celui qui est «le chemin, la vérité et la vie.», celui qui est, qui était et qui vient comme le dit le livre de l'Apocalypse.  Le temps de l'Avent nous oriente à nouveau vers le terme, vers le but, vers notre fin. Nous n'allons pas fêter l'anniversaire de la naissance de Jésus le 25 décembre, comme j'ai pu le recevoir dans un diaporama par internet, mais nous allons aller vers celui qui est déjà venu, qui vient aujourd'hui de manière cachée, qui reviendra dans la gloire de manière manifeste. La liturgie de l'Eglise ne nous retient pas dans le passé, mais nous fait réellement  vivre les événements que nous célébrons. Le Christ, que nous attendons, vient pour nous à Noël, comme il vient aussi dans chaque Eucharistie dominicale. Dans ce sens, il est surprenant de constater que et Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus, et Paul Claudel ont vécu chacun une conversion de leur vie lors de Noël 1886. Thérèse, la nuit, une heure après la messe de minuit, Paul Claudel pendant les vêpres à Notre-Dame de Paris le 25 après-midi.

 

Le Christ Jésus nous demande de veiller dans l'attente de sa venue : il vient pour nous dans la crèche, dans la liturgie de l'Eglise, dans les membres de nos familles que nous allons revoir au moment des fêtes de Noël, dans tous ceux que nous allons rencontrer au milieux de nos préparatifs agités. Le Dieu fort et puissant vient faible et souffrant pour transformer nos nuits en lumière comme l'exprime Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus.

 

 

Benoît DELABRE, curé

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog