>

MESSAGE DE MGR DUFOUR : UN CAREME POUR LA JOIE

  • PAROISSE DE MARTIGUES

mgr-dufour

 

Aujourd'hui, le mercredi des cendres va marquer l’entrée en carême de tous les catholiques. À cette occasion, Monseigneur Dufour s’adresse à l’Église d’Aix et d’Arles.

 

Si nous entrons en carême, c’est pour en sortir. Si avec toute l’Église nous nous mettons en marche pour 40 jours de prière, de jeûne et d’aumône, c’est pour sortir de nos tombeaux et être ravivés dans la joie du matin de Pâques. Oui, nous désirons plus que tout être fortifiés dans la joie de croire en la résurrection du Christ Jésus, socle de notre foi chrétienne. Creuser en nous le désir de cette joie, demander la grâce de goûter davantage « la joie de l’Évangile », c’est tout le sens que nous proposons de donner cette année à notre marche vers Pâques : un carême pour la joie.

 

Beaucoup ont déjà lu l’exhortation à la joie que le pape François nous a adressée dans sa lettre post-synodale pour la nouvelle évangélisation et la transmission de la foi. De nombreux fidèles ont commencé à la travailler en petits groupes, et je m’en réjouis. Pour sa part le conseil presbytéral en a fait le programme de sa session du 24 mars prochain, invitant tous les prêtres à une lecture personnelle et partagée. Je propose que La joie de l’Évangile soit le fil conducteur de notre marche vers Pâques et Pentecôte, avec et pour les catéchumènes.

 

1-      Faire de notre carême un temps fort de rencontre personnelle du Christ, en prenant chaque jour rendez-vous avec lui dans la prière, en méditant sa Parole seul et avec d’autres, en répondant à son invitation à l’eucharistie dominicale. « La joie de l’Evangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus » (§1).

 

2-      Faire de notre carême un temps de conversion et de réconciliation avec Dieu, avec soi-même, avec les autres. Faire le point de sa vie, confesser son péché et demander le pardon de Dieu dans le sacrement de réconciliation. « Dieu ne se fatigue jamais de pardonner » (§3).

 

3-      Faire de notre carême un temps de partage et d’ouverture aux autres, en particulier aux plus pauvres. « Le critère clé de l’authenticité est celui de ne pas oublier les pauvres » (§195).

 

Pour notre diocèse, une « journée du pardon » est proposée le vendredi 4 avril 2014 ; pour offrir le sacrement de la réconciliation, les paroisses prendront les initiatives les mieux adaptées aux communautés, aux âges, aux rythmes des personnes et des familles.

 

Je rappelle que l’Église invite les fidèles à jeûner le mercredi des Cendres et le vendredi, et à faire abstinence de viande chaque vendredi de carême en mémoire du jour où la chair du Christ a été fixée à la Croix en sacrifice pour le péché du monde.

 

C’est dans la joie qu’avec toute l’Église nous prenons la route vers Pâques et Pentecôte. « Il y a des chrétiens qui semblent avoir un temps de carême sans Pâques » écrit le pape François (§6). Certes les épreuves font de l’ombre à la joie. Mais nous croyons que la joie naît et renaît lorsqu’elle est puisée dans la foi à la source du Christ ressuscité.

 

Je souhaite à tous un joyeux et saint carême.

 

+ Christophe Dufour
Archevêque d’Aix et Arles

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog