>

MYSTAGOGIE SUR LE CORPS ET LE SANG DU CHRIST

  • PAROISSE DE MARTIGUES
  • HOMELIES

Arcabas-88.jpg

 Arcabas

 

 

Rémy, Alessio, Mathilde, Camille, Mathilde, Mathieu, Bastien. Vous venez de communier au Corps et au Sang du Christ.

 

Nous avons l’habitude de parler du Corps du Christ plutôt que du Sang du Christ, car nous communions habituellement au Corps du Christ seulement.

 

Mais la Parole de Dieu d’aujourd’hui est sur le Sang. Et c’est la raison pour laquelle je t’ai aussi donné la communion au Sang du Christ.

 

Tu as communié au Corps livré pour toi, et au Sang de l’alliance nouvelle et éternelle, versé pour toi et pour la multitude en rémission des péchés. Telles sont les expressions que j’ai dites pour consacrer le pain et le vin en corps et sang du Christ.

 

Le Sang de l’alliance versé pour toi. Aujourd’hui tu es entré dans l’alliance avec Dieu, alliance qu’il propose aux hommes, et la façon d’y entrer est de communier au Sang de l’alliance. L’alliance est conclue avec du Sang. Cela peut choquer et en même temps cela est inclus, contenu en toute alliance.

 

En effet, conclure une alliance avec quelqu’un implique d’être disponible pour le protéger, le sauver, au péril même de sa propre vie.

 

Vous connaissez certainement des récits d’aventure où quelqu’un sauve un autre au péril de sa vie, et même parfois en donnant sa vie. Personnellement, je pense au livre de la jungle (mon époque) ou Bagheera défend Mowgli contre Shere Khan en risquant sa vie. Vous connaissez d’autres récits d’aventure de ce type. La grandeur de l’alliance, manifestée dans ces histoires d’aventures, existe aussi en réalité. Beaucoup de personnes risquent leur vie ou même meurent pour en sauver d’autres.

 

Je pense à deux exemples : le frère Christian de Chergé, moine en Algérie, avait été sauvé de la mort par un musulman pendant les événement en Algérie : cet ami algérien ne voulant pas trahir Christian de Chergé a été tué par ses compatriotes. Le frère Christian restera marqué à vie par ce don de soi, et n’aura de cesse de se donner aux algériens. Il est finalement mort lui-même assassiné en 1996.

 

Je pense à ce qui s’est passé au Rwanda en 1994. Les hutus tuaient les tutsis. Dans un séminaire, une quarantaine de jeunes hommes se préparaient à devenir prêtres. Les hutus arrivèrent et demandèrent aux leurs de sortir pour tuer les séminaristes tutsis. Les séminaristes refusèrent de se séparer, et tous furent tués. L’alliance les garda ensemble.

 

Tes parents sont prêts à donner leur vie pour toi, pour te protéger, si tu es en péril. Et l’alliance conjugale entre deux époux est scellée jusqu’à la mort de l’un des deux. Ainsi l’alliance est conclue avec du Sang, car il y est question de vie et de mort. Tu l’as entendu dans le livre de l’Exode : l’alliance au Sinaï est conclue avec du Sang., répandu sur l’autel puis sur le peuple. Dieu s’engage symboliquement jusqu’au sang versé déjà. Tu l’as entendu avec Jésus : l’alliance nouvelle et éternelle est conclue par Jésus avec son propre sang versé. En communiant pour la première fois aujourd’hui, tu es entré dans cette alliance conclue dans le sang.

 

Mais une alliance se passe entre deux parties : Christian de Chergé et son ami algérien ; les séminaristes hutus et les séminaristes tutsis, deux époux… Dieu et toi. Chacun participe à l’alliance à son niveau. Christian de Chergé a été dans la reconnaissance pour le don de son ami et a répondu en donnant sa vie, lui aussi, pour les algériens. Le film « des hommes et des dieux » retrace le chemin de ces 7 moines, décidant de rester en Algérie au péril de leur vie pour se montrer solidaire du petit peuple algérien.

 

Toi, Vous mêmes aujourd’hui avez apporté le pain et le vin. Sans pain et sans vin, pas de messe, pas de communion au Christ. En apportant le pain et le vin, fruit de la terre, de la vigne et du travail des hommes, c’est vous-mêmes, toi-même que vous avez apporté : même si ce pain et ce vin viennent du travail d’autres personnes que toi, c’est toi-même que tu as apporté : ta vie, ton travail, ta manière d’être en relation avec les autres enfants et adultes…

 

Lorsque nous sommes allés à l’abbaye de Sénanque, tu as mis la table, débarrassé la table, lavé la vaisselle… tu as participé à la vie commune. Ici aujourd’hui tu as apporté ta participation à la vie commune, et symboliquement celle de nous tous. Ici, pas de consommateurs, mais des participants à la vie commune, et cela t’a été rendu au centuple en corps et sang du Christ.

 

A Marseille, les reliques de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus vont de paroisses en paroisses. Tu connais un chant de Thérèse que nous avons chanté cette année : « Regarde Jésus dans sa face, là, tu verras comme il nous aime. » Thérèse a écrit d’autres poésies. L’une d’entre elles s’appelle « Vivre d’amour ».  En voici trois couplets :

 

1. Au soir d’amour, parlant sans parabole
Jésus disait : « Si quelqu’un veut m’aimer
toute sa vie, qu’il garde ma parole.
Mon Père et moi viendront le visiter
et de mon cœur faisant notre demeure
venant à lui, nous l’aimerons toujours
rempli de paix, nous voulons qu’il demeure
en notre amour. »

 

5. Vivre d’amour, c’est donner sans mesure
sans réclamer de salaire ici-bas.
Ah ! Sans compter je donne étant bien sûre
que lorsqu’on aime, on ne calcule pas !
Au cœur divin débordant de tendresse
j’ai tout donné… légèrement je cours
je n’ai plus rien que ma seule richesse
vivre d’amour.

 

13. Vivre d’amour, quelle étrange folie !
me dit le monde, Ah ! Cessez de chanter
ne perdez pas vos parfums, votre vie,
utilement, sachez les employer !...
t’aimer Jésus, quelle perte féconde !
tous mes parfums sont à toi sans retour,
je veux chanter en sortant de ce monde :
Je meurs d’amour.

 

Voici l’exemple de Thérèse qui a vécu de cette alliance scellée dans le sang de Jésus-Christ, jusqu’à mourir d’amour, comme elle le dit. Un amour bien concret et radical pour ses sœurs et pour le monde.

 

Je termine en vous invitant à regarder le grand tableau derrière moi : la crucifixion de Jésus placée dans une tente dans le ciel. Le lettre aux hébreux le disait : « Jésus est entré une fois pour toutes dans la tente du ciel en répandant non pas le sang des animaux, mais son propre sang. Il a obtenu ainsi une libération définitive (de nos péchés et de la mort). »

 

Par cette alliance, c’est un vrai bonheur qui t’est proposé en cette vie, et Jésus en est le grand prêtre. Vis de cette alliance, de ce bonheur qui vient de Dieu, de ce bonheur qu’il donne.

 

Père Benoît Delabre

@paroissemartig © 2010 -  Hébergé par Overblog